Coronavirus : Le boom épidémique arrive en France, selon l'Inserm

Publié le par angeline351

Coronavirus : Le boom épidémique arrive en France, selon l'Inserm

 L'Inserm a élaboré différents scénarios sur l'évolution de l'épidémie, selon l'issue la plus probable, le variant britannique deviendrait la souche dominante du Covid-19 en France entre la dernière semaine de février et la première de mars. Alors, les mesures barrières ne suffiraient plus pour limiter le nombre de contaminations.

Les jours se suivent et se ressemblent pour ce qui est des chiffres du Covid-19, tant au niveau des nouveaux cas détectés que de la situation hospitalière. Selon le dernier bilan de Santé publique France, on observe une stabilisation du plateau élevé des chiffres, avec notamment 26 478 malades du Covid-19 à l'hôpital, dont 1 431 arrivés au cours des dernières 24 heures. 306 nouveaux patients ont été admis en réanimation au cours des dernières 24 heures. 4 376 nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été identifiés, contre 16 646 la veille, mais les chiffres du lundi soir sont toujours à relativiser compte tenu du fait que la plupart des laboratoires sont fermés le dimanche. Retrouvez le dernier bilan complet.
Si la Moselle a concentré bien des inquiétudes ces derniers jours, Dunkerque et ses alentours ne sont pas en reste puisque ce territoire est également très touché par la propagation d'un des variants du Covid-19, en l'occurrence celui d'origine britannique. Pour faire face à la situation, l'Agence régionale de santé annonce que 2 400 doses supplémentaires du vaccin Moderna vont être livrées à Dunkerque.
Une opération de dépistage massif va avoir lieu en Dordogne après la découverte de six foyers de contaminations aux variants du Covid-19. On compte pour l'heure 160 cas de variants sud-africain et brésilien répartis dans plusieurs Ehpad du département. Toutefois, aucune "diffusion massive" en population générale n'est observée pour l'instant, a tenu à rassurer la préfecture.
Ursula von der Leyen annonce ce mardi la création d'un programme européen chargé d'étudier les variants du Covid-19. Dans une interview accordée aux Echos, la présidente de la Commission européenne précise que cela réunira dès demain "les laboratoires, les autorités sanitaires, les scientifiques, et la Commission européenne, avec d’importants fonds dédiés".
Les laboratoires Cerba rapportent que 35% des cas positifs au Covid-19 s'avèrent être des variants anglais. Les chiffres ont encore grimpé depuis la dernière enquête Flash. Désormais les régions les plus touchées sont l'Île-de-France avec 40 à 45% de cas de virus britanniques, mais aussi les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Aquitaine et les Hauts-de-France.
L'Inserm a étudié les différents scénarios sur l'évolution de l'épidémie, dans l'issue le plus probable, le virus anglais deviendrait la souche dominante sur le territoire Français entre fin-février et début mars, avec des pénétrations du virus disparates selon les régions. Dans ce cas, les mesures actuelles ne seraient plus assez efficaces pour contenir l'épidémie sur le long-terme et les vaccinations auraient un impact limité. ​​​​​​​

 

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article