Angela Merkel dégrippe la rigueur allemande

Publié le par angeline351

Angela Merkel dégrippe la rigueur allemande

A quelques mois de quitter le pouvoir, la chancelière laisse désormais parler ses émotions face à la puissante deuxième vague de Covid qui submerge le pays. Les recettes gagnantes du printemps ne marchent plus.

Chamboule-tout planétaire, la pandémie aura aussi révélé une autre Angela Merkel. Celle qui avait cultivé la sobriété tout au long de ses quinze années de règne a débridé ses émotions. Pendant les premiers mois, quand le Covid avait encore peu touché son pays, elle était empathique -"Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez"-, compatissante -"je sais que le confinement est difficile à supporter". Le 9 décembre dernier, alors que la deuxième vague s'avérait très sévère, elle avait laissé libre cours à son inquiétude: "Les mesures doivent être renforcées. Comment accepter que ce soit le dernier Noël de nos aînés?" Le 21 janvier, lors de sa première conférence de presse de l'année, on l'a sentie carrément bouleversée, en évoquant "le désastre du siècle". Mettant en garde contre une troisième vague et les virus mutants, elle a défendu la nécessité de poursuivre et durcir jusqu'au 14 février le confinement entamé mi-décembre. "Mon cœur se brise quand je pense aux personnes âgées mortes dans la solitude", a-t-elle déclaré, avant de confesser, à la surprise de beaucoup, "émotionnellement, c'est pour moi aussi extrêmement difficile." A quelques mois de quitter le pouvoir, alors qu'elle reste la personnalité politique la plus appréciée du pays, 

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article