Villefranche-de-Rouergue. Restructurations aux impôts : le syndicat FO réagit

Publié le par angeline351

Villefranche-de-Rouergue. Restructurations aux impôts : le syndicat FO réagit

Le syndicat FO dénonce la nouvelle organisation mise en place et qui s’accompagne de restructurations et de suppressions d’emploi.

En ce début d’année, les services des Finances publiques de l’Ouest Aveyron, ont fait l’objet de restructurations et de suppressions d’emplois. "Le 14 janvier 2021, un comité technique local aux Finances publiques a annoncé aux représentants du personnel la suppression de 6 emplois sur le département de l’Aveyron (15 de 2021 à 2023, 30 % des effectifs aveyronnais en moins depuis 2005)", indique Force Ouvrière des Finances publiques.

Le syndicat réagit dans un communiqué intitulé "Les finances publiques dans la tourmente". Son secrétaire départemental, Damien Ichard écrit. "Depuis juin 2019, notre organisation syndicale est vent debout contre le nouveau réseau de proximité imposé par Bercy. Avec moins de services publics de la DGFIP présents sur le territoire et toujours moins d’agents au service du public, comment peut-on parler de proximité ? Nos directeurs sont-ils sortis d’écoles de commerce ou de marketing ?".

Service des impôts des entreprises parti à Rodez
"Cyniques, ces directeurs ont par exemple adressé aux professionnels du Villefranchois un courrier leur expliquant qu’avec la restructuration du service des impôts des entreprises qui partait à Rodez, ils seraient mieux servis", indique Damien Ichard. Il poursuit. "Dixit la directrice sur le courrier : "Cette opération a pour but d’assurer un meilleur service aux usagers". Pour FO-DGFIP 12, "ce courrier a créé un grand émoi tant chez les professionnels que parmi les agents de Villefranche. Les cabinets comptables savent qu’ils vont perdre une proximité avec le service et que les contacts seront difficiles, chacun conscient qu’il est bien plus compliqué de contacter les services dans les grands centres. Qui plus est, le service des impôts des entreprises de Rodez perd, au passage, un emploi… Méprisant pour les usagers, insultant pour les personnels locaux, comment pourrait-on croire notre directrice un seul instant quant à l’amélioration du service public aux professionnels ? Personne n’est dupe."

Service des impôts des particuliers et gestion des hôpitaux
"D’autres restructurations sont effectives depuis le 1er janvier 2021 dans l’Ouest Aveyron", signale le syndicat. Damien Ichard fait le point. "Le Service des impôts des particuliers de Decazeville est fermé. Les usagers du Bassin pourront se rabattre dans un premier temps sur la trésorerie de Decazeville ou sur le Service des impôts des particuliers de Villefranche, maintenant seul compétent en matière fiscale. Les trésoreries de Baraqueville et de Rieupeyroux sont également fermées et leur mission est délocalisée à la trésorerie de Villefranche. Dans le même temps, la gestion des hôpitaux de Villefranche et de Decazeville est maintenant assurée à Rodez." Et d’ironiser : "La proximité est en marche."

Pour FO-DGFIP 12, "le service public rural aveyronnais perd des pièces à son puzzle. Le tout numérique ou l’accueil dans les Maisons France Services ne seront qu’un pansement pour l’usager et un moyen de faire passer la pilule aux élus. Mais il y aura de nombreuses victimes toujours oubliées : les usagers des services publics".

Plusieurs milliers de signatures lors d’une pétition, des motions déposées par des municipalités ou le soutien d’élus locaux, avaient été apportés lors du mouvement de contestation contre cette réforme en 2019. Mais, déplore le syndicat :" Bercy est resté sourd."

Suppressions de trésoreries à venir
L’organisation syndicale informe que ces restructurations ne sont pas terminées. "Suivront celles du 1er septembre 2021, avec les suppressions des trésoreries de Montbazens et de Marcillac ; politique mortifère qui sera poursuivie en 2022 dans le Nord et le Sud Aveyron."

FO-DGFIP 12 dénonce également une dégradation des conditions de travail pour les agents concernés par des restructurations. "Déménagements, allongements des déplacements professionnels, surcharge de travail sont les maux actuels à la DGFIP. Pour nous, la conception du service public de proximité est à des années-lumière de ce que nous imposent nos gouvernants malgré les grands besoins actuels créés par la crise sanitaire. Cette réforme nous amène plutôt à parler de la mise en place d’un nouveau réseau d’éloignement, synonyme d’abandon des citoyens aveyronnais".

    

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article