Vaccins contre le Covid-19. « La situation est explosive », prévient Patrick Pelloux

Publié le par angeline351

Vaccins contre le Covid-19. « La situation est explosive », prévient Patrick Pelloux

Le médecin urgentiste Patrick Pelloux a critiqué, ce dimanche 24 janvier, sur BFMTV, les modalités de vaccination. Il s’inquiète des pénuries de doses et estime que « l’on n’est pas à l’abri d’émeutes pour se faire vacciner ».

Après des débuts au ralenti, la campagne de vaccination est montée en rythme en France. Le cap du million de vaccinés a été dépassé, ce samedi 23 janvier, a annoncé Jean Castex. Mais tous les problèmes sont loin d’être résolus. Plusieurs départements font face à une situation de « surbooking » dans certains centres de vaccination.

Ce dimanche 24 janvier, sur BFMTV, Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France, s’est montré très critique : « On a un vrai problème de stocks de vaccin. Il faudrait des chaînes de production de vaccins en France. Or nous dépendons des États-Unis. » Il estime que l’État devrait être mobilisé pour avoir les doses.

« Un peu un foutage de gueule »
« Les gens veulent se faire vacciner. Nous avons plein de gens qui viennent spontanément, qui ne prennent pas rendez-vous ou qui n’y arrivent pas. Il y a un peu un foutage de gueule vis-à-vis de la population », a estimé Patrick Pelloux.

Il ne remet pas en cause la priorité faite aux personnes fragiles mais appelle à ne pas oublier « les soignants, les pompiers, les ambulanciers, les policiers, tous ceux qui sont au contact du grand public ».

Pour optimiser les doses, la Haute autorité de Santé recommande, dans un avis publié samedi 23 janvier, de décaler la seconde injection à six semaines au lieu de quatre. Mais encore faut-il avoir des doses, estime Patrick Pelloux qui prévient : « La situation est explosive. On n’est pas à l’abri d’émeutes pour se faire vacciner. »

Un reconfinement inéluctable
Interrogé sur un possible troisième confinement, Patrick Pelloux a, par ailleurs, estimé que cela lui semblait inéluctable. « Il va falloir reconfiner, c’est très triste et désespérant, mais on ne peut pas faire autrement. »

Selon lui, le gouvernement doit « bien dire : d’accord on vous confine mais en même temps on vous vaccine, les deux sont intimement liés ».

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article