Présidentielle: les partis attendent et déplorent une forte abstention des émigrants

Publié le par angeline351

Présidentielle: les partis attendent et déplorent une forte abstention des émigrants

ILS OSENT !!!à qui la faute 

La plupart des partis politiques prévoient et regrettent une forte abstention des communautés portugaises lors des prochaines élections présidentielles et, à cet égard, ils ne s'entendent que sur la nécessité de faciliter le vote des émigrants.

TROP FACILE!!!

Marcades pour dimanche au Portugal, les élections présidentielles ont lieu samedi et dimanche pour les citoyens portugais résidant à l'étranger, avec environ 1,5 million de portugais inscrits, qui peuvent voter dans 170 assemblées.

Pour Carlos Gonçalves, un député social-démocrate élu par le cercle européen, "l'abstention sera incroyable, brutale", non pas par manque de volonté, mais parce que "la majorité ne peut pas se rendre aux bureaux de vote".

Et il se dit surpris que, à quelques jours des élections, certains partis soient choqués par l'abstention attendue, puisque son parti a présenté "une proposition pour l'uniformité de la méthodologie de vote aux législatives, présidentielles et européennes". , qui a échoué.

"Le covid -19 est difficile, mais même sans pandémie la question revient à la place", a-t-il dit, rappelant les TENDANCES distan que les Portugais doivent aller voter dans des pays de la taille des Etats-Unis, ou dans des villes comme Paris .

Le PS ne se sent pas et s'affirme en toute conscience à ce sujet: "Le gouvernement et les députés du PS ont tout fait pour que la participation soit la plus large possible, car nous sommes dans une situation de pandémie qui affecte le pays et pays où se trouvent les communautés », a déclaré le député Paulo Pisco.

À l'agence Lusa, la députée élue par le Cercle de l'Europe et coordinatrice à la commission des affaires étrangères et des communautés portugaises, garantit que, "de la part du gouvernement, tout a été fait: augmenter le plus possible le nombre de bureaux de vote créer une plus grande ouverture par rapport au vote anticipé et garantir des conditions de sécurité grâce à la distribution de matériel sanitaire ".

Et il regrette le "bruit" créé par certains conseillers des communautés, candidats et partis politiques, estimant qu'ils devraient "unir les efforts pour que les communautés, malgré les difficultés, votent et en toute sécurité".

"Malheureusement, ce que nous constatons, c'est que tout le monde ne pagaie pas dans la même direction et provoque une désinformation et une démotivation des électeurs qui ne sont pas du tout souhaitables, demandant et disant des choses qui sont désormais impossibles à se produire", a-t-il déclaré.

André Silva (PAN) attribue cette situation au PS et au PSD , qu'il accuse de "détente et de responsabilité totale".

"Il est très naturel que nous ayons une très forte abstention, même si nous n'avions pas le covid -19", a déclaré le porte-parole du PAN (People-Animals-Nature) à Lusa.

Défendant l'introduction du vote par correspondance et une extension des bureaux de vote, André Silva regrette l'absence de «plan d'urgence» qui permettrait de mieux préparer cet acte électoral.

"En juillet , dans le cadre du processus de modification de la loi électorale, nous avons mis en garde contre plusieurs situations, notamment les difficultés des migrants à voter aux élections", a-t-il déclaré.

Le PAN, qui "réfléchit sur divers sujets, et notamment sur la loi électorale", promet de présenter des mesures qui faciliteront ce vote.

Pour le PCP , l'amélioration du vote des émigrants ne passe pas par des changements de méthodologie de vote, mais plutôt par l'élargissement des bureaux de vote.

S'adressant à Lusa, le député communiste António Filipe estime que "l'abstention historique est inévitable", mais que cela se produirait toujours, avec ou sans covid -19, en raison du recensement automatique qui a augmenté le nombre de citoyens enregistrés de 300 000 à 1,5 million dans le pays. à l'étranger, une augmentation «aux dépens des électeurs qui ne sont pas intéressés à participer».

"Le vote aux élections présidentielles se fait et a toujours été en personne et cela est lié à la nature de ces élections, car il a toujours été considéré que le vote par correspondance ne donne pas les mêmes garanties de l'individualité du vote", a-t-il déclaré.

Et il a ajouté: "Bien qu'ils soient tous portugais, et ce n'est pas en jeu, le rapport avec la politique n'est pas le même. Si quelqu'un qui fait un mauvais travail pendant son mandat est élu, ceux qui en souffrent sont ceux qui vivent sur le territoire et pas eux. autres".

Pour Pedro Filipe Soares (Bloco de Esquerda), "les différents problèmes ressentis, au Portugal et à l'étranger, montrent des limitations dans l'exercice du droit de vote qui ne sont pas acceptables".

"Ces événements doivent conduire à une réflexion profonde" afin qu'ils ne se reproduisent plus à l'avenir, a-t-il défendu.

Et il a rappelé que, avant même la pandémie , BE "avait activement participé au processus d'enregistrement automatique des Portugais à l'étranger et à la réduction des barrières à l'accès au vote", ayant proposé avec succès que le vote par correspondance à la législature soit libre.

"La pandémie a montré que cette voie est incomplète et doit être repensée", a-t-il ajouté.

Les élections présidentielles, qui se déroulent au milieu de la pandémie de covid -19, sont prévues dimanche prochain au Portugal. C'est la dixième fois que les Portugais sont appelés à choisir le président de la République en démocratie, depuis 1976.

SAUF QUE LE COVIDE EST LA IL FALLAIT REPOUSSER LES ELECTIONS 

Publié dans PORTUGAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article