NANTES. UNE MANIF POUR EXIGER LE RETRAIT DE LA LOI SÉCURITÉ GLOBALE

Publié le par angeline351

NANTES. UNE MANIF POUR EXIGER LE RETRAIT DE LA LOI SÉCURITÉ GLOBALE

Le rendez-vous a été fixé samedi 16 janvier, à 14 h 30, devant la préfecture, par des associations ou ONG comme la Ligue des droits de l’Homme ou Amnesty International, le collectif interprofessionnel et intersyndical (FO, CGT, FSU, Solidaires, SAF (Syndicat des avocats de France).

« EXIGER LE RETRAIT DE LA LOI SÉCURITÉ GLOBALE »
Un seul mot d’ordre, comme dans les autres villes de France où se tiennent des manifestations : « Défendre les libertés et exiger du gouvernement le retrait total de la proposition de loi relative à la Sécurité globale et des décrets sur le fichage. » Syndicats et associations redescendent dans la rue, bien déterminés à faire retirer une loi qu’ils jugent « dangereuse pour les libertés individuelles et collectives ».

Depuis l’automne 2020, quatre manifestations ont déjà eu lieu à Nantes. La dernière, samedi 12 décembre, a rassemblé environ 800 personnes dans le centre-ville et l’appel national à la mobilisation de ce samedi 16 janvier a été programmé avant la trêve de Noël.

 Les derniers mouvements contre cette loi ont rassemblé des milliers de participants, entraînant parfois de vives tensions avec les forces de l’ordre.

« POUR LA DÉFENSE LES LIBERTÉS »
Plusieurs dizaines d’associations, comme la Ligue des droits de l’homme, la Libre-pensée ou l’Observatoire nantais des libertés font partie des signataires du dernier communiqué local demandant le retrait de ce projet. Leur mobilisation a pour objectif « de demander au gouvernement l’abandon d’une logique sécuritaire et liberticide qui affaiblit les possibilités d’expression de la population et restreint les libertés et les droits. Et le retour aux droits démocratiques, sociaux, syndicaux et  aux libertés de circulation, de rassemblement et de manifestation ».

Publié dans COMMUNIQUE FO, FO44

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article