Article publié depuis Overblog et Facebook et Twitter

Publié le par angeline351

Loi sécurité globale – Quinze organisations lancent un appel au rassemblement le samedi 16 janvier

Depuis le 12 décembre dernier, date de la dernière conférence de presse à l’initiative de l’union locale CGT, l’actualité a tourné  et tourne encore autour du covid-19, le couvre-feu et la vaccination. Et pratiquement rien d’autre.

Ce samedi 9 janvier 2021, à la maison des syndicats à Montceau-les-Mines, toujours à l’invitation de la CGT, une quinzaine d’organisations syndicales et associations (voici la liste des invitations :  CGT – Solidaires –  France Insoumise – PCF – PS – Energies Citoyennes – EELV – CNNR –  ACCU – CODEF – FO – SNETAA-FO – FSU – CFDT – CGC Mines – FO Mines – CFDT Mines – LDH – Libre Pensée – CNL – JOC) se sont réunies pour un tour de table et préparer le rassemblement du samedi 16 janvier à 9h30 sur le parvis de l’hôtel de ville de Montceau, « dans le cadre d’un appel national intitulé Stop loi sécurité globale » indique Alain Daventure, secrétaire général des retraités CGT. « Cet appel rassemble 70 organisations, même les avocats de France et la magistrature ont fait un recours contre les lois liberticides » ajoute-t-il.

Ce 16 janvier sera aussi un moment unique puisque c’est la date anniversaire de la catastrophe au puits du Bois du Verne à Montceau-les-Mines, dit puits Plichon. Un 16 janvier 1958 qui a marqué à jamais les esprits et les cœurs des habitants du Bassin minier. Une catastrophe avec un très lourd bilan, 20 morts. 20 mineurs décèderont après un tir de mine à l’air comprimé.

Plichon, un symbole

Un accident au coeur des préoccupations de la CGT qui n’a pas voulu donner un avis favorable sur un texte, la santé au travail où, signale Jean-Pierre Meneghel, « ce texte entendait inscrire dans le code du travail une disposition limitant à une stricte obligation de moyens de prévention la responsabilité des employeurs sur la santé de leurs salariés, or les salariés ont le droit de se protéger des conditions de travail ».

Ce samedi matin, la CGT a donc passé en revue tous les points négatifs, évidemment l’avalanche de lois liberticides mais également les licenciements qui « tombent et vont s’accélérer (Konecranes, Gerbe, Eolane sur le Bassin minier, sans oublier l’annonce des 2 300 suppressions d’emploi à Michelin) » souligne Jean-Pierre Meneghel, la destruction des droits sociaux et une situation politique explosive.

En guise de conclusion, il dénonce : « Ne sommes-nous pas en présence d’un gouvernement autoritaire, antidémocratique en marche vers un Etat policier ! »

« C’est un rouleau compresseur qui est en route qui conduit à une catastrophe sociale, alors que les gens en prennent conscience, qu’ils se déplacent le 16 janvier pour dire, je ne suis pas d’accord » lance-t-il.

« Il n’y a pas que le virus qui circule, les idées circulent également » ponctue Robert Wattebled, secrétaire général de l’UL CGT.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article