Les États membres adoptent des lignes directrices sur la preuve de vaccination

Publié le par angeline351

Les États membres adoptent des lignes directrices sur la preuve de vaccination

Les États membres de l'Union européenne (UE) ont adopté aujourd'hui des lignes directrices sur les preuves de la vaccination contre le covid-19 à des fins médicales, afin de garantir son "interopérabilité" et de s'assurer que son contenu est "uniforme", a annoncé la Commission européenne.

Ces lignes directrices visent à soutenir l'interopérabilité des certificats de vaccination, ce qui signifie que leur contenu est uniforme, et à établir un ensemble minimum de données pour chaque certificat », explique l'exécutif communautaire dans un communiqué.

La Commission souligne également que les lignes directrices établissent "la base d'un cadre fiable garantissant l'authenticité et l'intégrité des certificats" et qu'elles visent à créer un "système capable de prendre en charge les supports numériques et papier, en garantissant flexibilité et compatibilité avec les solutions nationales existantes protection stricte des données personnelles ».

Dans une déclaration, la commissaire à la santé, Stella Kyriakides, a "salué" l'adoption des lignes directrices, soulignant la nécessité d'une "approche commune des certificats de vaccination" et déclarant qu'elle souhaitait maintenir "la coopération avec l'Organisation mondiale de la santé pour étendre cet outil au niveau mondial ".

"Les certificats de vaccination interopérables sont un outil important pendant la pandémie, mais aussi après que nous l'ayons surmontée", a déclaré le commissaire.

Les lignes directrices du certificat "visent principalement la vaccination contre le covid-19", dit la Commission, mais "peuvent être utilisées à l'avenir comme base pour prouver le statut vaccinal".

L'adoption des lignes directrices par les États membres intervient après, lors du Conseil européen informel de la semaine dernière, les dirigeants des 27 se sont mis d'accord pour "travailler pour une forme de preuve de vaccination à des fins médicales qui soit interopérable et normalisée".

Cependant, la proposition faite par le Premier ministre grec, Kyriákos Mitsotákis - et soutenue par le Portugal - est restée de permettre à ces certificats de vaccination d'être également utilisés pour faciliter les déplacements au sein de la communauté.

"Il y a des questions ouvertes et, par conséquent, le moment venu, nous aurons un large débat et un consensus entre les États membres", a déclaré, à l'époque, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sur cette question.

Parmi les «questions ouvertes» évoquées, Von der Leyen a souligné le manque de réponses sur la question de savoir si «la vaccination inhibe la transmission du virus» et la «question de la durée d'une vaccination efficace».

Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article