Le président de la Fédération hospitalière de France et maire de Fontainebleau, Frédéric Valletoux était l’invité ce vendredi matin de la matinale de Public Sénat. Pour lui, « un confinement est nécessaire pour faire retomber la pression dans les hôpitaux ».

Publié le par angeline351

Le président de la Fédération hospitalière de France et maire de Fontainebleau, Frédéric Valletoux était l’invité ce vendredi matin de la matinale de Public Sénat. Pour lui, « un confinement est nécessaire pour faire retomber la pression dans les hôpitaux ». 

Pour le président de la fédération hospitalière de France, Frédéric Valletoux, il ne fait plus de doute : un troisième confinement est « nécessaire ». « Quand on regarde les chiffres et la pression dans les hôpitaux, on ne peut pas souhaiter autre chose que des mesures renforcées, or des mesures renforcées, ce ne peut être qu’un confinement », a réagi ce matin sur le plateau de Public Sénat celui qui aussi maire (Agir) de Fontainebleau.

Frédéric Valletoux qui s’inquiète du chiffre en hausse de 30 000 patients covid-19 actuellement hospitalisés en France, mise aussi beaucoup sur la vaccination de la population. « La vaccination est une voie de sortie de l’épidémie. En Israël, elle a un son effet puisqu’elle a fait chuter de 60 % le nombre de personnes âgées qui développent des formes graves de la maladie ».

« Les plus de 65 ans ne pourront pas se faire vacciner avant fin mars »
Des résultats encourageants qui finiront aussi par se produire en France à condition, selon lui, d’être un peu patient. « Il faut accepter que cette campagne de vaccination s’étale sur plus de temps que ce que l’on imaginait », explique le patron des hôpitaux français qui doute que « les plus de 65 ans ne puissent se faire vacciner avant la fin du mois de mars ».

Frédéric Valletoux qui a également salué le travail de ses collègues maires dans la gestion de la campagne de vaccination partout en France sur le terrain, est revenu sur la progression du variant anglais dans le pays.

L’élu local attend en effet beaucoup des résultats dans les prochains jours de l’enquête flash réalisée à partir de 200 000 analyses et qui devrait permettre d’en savoir plus sur la propagation du variant anglais sur tout le territoire français. « 10 % des nouveaux cas enregistrés en Ile de France sont des cas de ces variants. On sera sans doute lundi, ce qu’il en est pour le reste du pays. Ce sera une donnée très importante ».

Interrogé sur les capacités de réanimation et sur l’état actuel des hôpitaux français, Frédéric Valletoux a confié que « des opérations moins urgentes recommençaient à être déprogrammées comme au printemps dernier », et que même s’il y a pour le moment mois de patients en réanimation qu’il y a dix mois, le chiffre de 30 000 patients actuellement hospitalisés contre 3 000 en mars dernier « est très alarmant ».

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article