ILS N ONT RIEN COMPRIS/Présidentielle: la presse internationale affirme que «l'extrême droite a remporté les élections»

Publié le par angeline351

Présidentielle: la presse internationale affirme que «l'extrême droite a remporté les élections»

 

Marcelo Rebelo de Sousa a été réélu, mais celui qui a remporté les élections était l'extrême droite»: de l'Espagne à la Russie, en passant par les USA et le Qatar, la presse internationale a ainsi rapporté les élections présidentielles d'hier, comme l'a souligné André Ventura et à la fin de «l'exception portugaise, phare de la social-démocratie en Europe».

En Espagne, le quotidien El País souligne la supériorité des résultats de Marcelo Rebelo de Sousa sur les autres candidats et le loue comme un «président affable» et pour son rôle dans la lutte contre la pandémie. Le journal espagnol mentionne également André Ventura et Ana Gomes, candidats que El País considère comme «anormaux».

«Ventura est une figure anormale dans la politique du Portugal, un pays qui jusqu'à présent a été différent de l'ensemble de l'Europe et a réussi à arrêter l'extrême droite. Deux ans après la création du parti Chega, l'endiguement et l'exception portugaise semblent avoir pris fin », écrit dans le quotidien espagnol.

«Le cas de Gomes est également anormal: c'est une députée socialiste, mais elle n'a pas eu le soutien d'António Costa ou de son parti, mais de deux autres forces politiques: PAN et Livre», ajoute la publication.

La chaîne de télévision et de radio allemande Deutsche Welle souligne la relation de Marcelo avec Costa «dans la lutte contre la pandémie» et la contribution du président réélu à la «stabilité du pays». Le magazine Der Spiegel souligne la «large participation du pays, malgré les chiffres noirs de la pandémie».

Pour le journal italien Il Post, qui avait mis en garde la semaine dernière sur la présence de Chega dans ces élections, le qualifiant de «populiste et d'extrême droite», il souligne les critiques internes adressées à Marcelo pour la réponse donnée à la pandémie.

Le journal français Le Monde, qui a classé Marcelo Rebelo de Sousa comme «l'antithèse de Trump», met en lumière la fin «de l'exception portugaise» et la «montée de l'extrême droite dans ces élections», se référant à l'abstention record aux élections présidentielles et la justifiant a avec les nombres covid-19 au Portugal.

Au Royaume-Uni, le quotidien The Guardian, qui en 2019, au moment des élections législatives, a fait l'éloge du Portugal en classant le pays comme "phare de la social-démocratie en Europe", a évoqué les résultats de Marcelo, qualifiant Ana Gomes de "challenger", mais a souligné Ventura: «L'extrême droite commence à gagner du terrain au Portugal. Ventura, alliée de la française Marine Le Pen et de l'italien Matteo Salvini, est arrivée à la troisième place de ces élections.

Aux États-Unis, le Washington Post a fait l'éloge du président réélu, l'appelle «un enseignant affable et un homme à la télévision» et souligne son rôle dans la ratification de la loi sur l'euthanasie: «L'une des premières tâches du président réélu sera de décider, dans le le mois prochain, une nouvelle loi est adoptée qui permet l'euthanasie », écrit dans la publication nord-américaine.

Le quotidien du New York Times était catégorique: "Le président a été réélu mais c'est l'extrême droite qui l'emporte". Le journal américain évoque également le discours de Marcelo et son hommage aux victimes de la pandémie, en plus de la promesse de lutter contre la nouvelle crise: «Cette confiance désormais renouvelée est tout sauf un chèque en blanc», cite le journal.

Politico décrit le président élu comme un "homme d'affection" toujours disponible pour les câlins et les selfies "et voit un nouveau Marcelo après le covid-19:" La pandémie a restreint son style, principalement parce qu'il a été contraint de s'isoler au début de la campagne. après un faux test positif. »

Le Financial Times rappelle les paroles du président réélu, lors de son discours de victoire, à propos de la crise pandémique actuelle: «La meilleure façon d'honorer les morts est de prendre soin des vivants et de recréer le Portugal avec eux.» En outre, il classe Marcelo comme un «partisan du gouvernement d'António Costa».

Du Qatar, Al Jazeera décrit le «victorieux» Marcelo Rebelo de Sousa comme «un professeur de droit, un homme de télévision sympathique et accessible et aimé des Portugais».

Les Russes de Spoutnik rappellent la nécessité du rôle de Marcelo, à un moment où «le Portugal a les taux les plus élevés au monde de nouvelles infections quotidiennes et de décès par million d'habitants, selon les données de l'Université Johns Hopkins».

Publié dans PORTUGAL, INFORMATION, EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article