Covid-19 : où en est le virus en France ?

Publié le par angeline351

Covid-19 : où en est le virus en France ?

L'épidémie progresse en France et la situation pourrait s'aggraver après les fêtes de fin d'année, la rentrée scolaire, les nouvelles variantes du virus et les températures très basses. 12 489 nouveaux cas sont enregistrés en 24h et 116 décès. Derniers chiffres, courbes et actualités.

L'épidémie poursuit son avancée en France. Et la situation pourrait s'aggraver, s'inquiète le directeur général de la santé Jérôme Salomon dans le Journal du Dimanche daté du 3 janvier, estimant que l'effet des fêtes de fin d'année avec les regroupements familiaux, sera connu la semaine prochaine. "La tendance est déjà préoccupante" a t-il indiqué, rappelant "une augmentation progressive depuis début décembre : on était à 10 000 cas par jour et on est aujourd'hui à 15 000". Le directeur de la santé s'inquiète également des conséquences de la rentrée scolaire, des deux nouvelles variantes du virus venues du Royaume-Uni et d'Afrique, et des températures basses qui pourraient favoriser la propagation du virus. "Le facteur météo est avéré scientifiquement". Malgré ces craintes, la rentrée scolaire de lundi n'est pas reportée. "À ce stade, ni la société française de pédiatrie, ni le Conseil scientifique n'ont recommandé de retarder la rentrée scolaire. Le protocole sanitaire va continuer à s'appliquer." a indiqué le porte parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 3 janvier sur LCI. Pour contenir le nombre de contaminations dans les régions les plus touchées : Grand Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-France-Comté et les Alpes-Maritimes, le couvre-feu est avancé à 18 heures depuis samedi 2 janvier pour 15 départements. "Le virus continue à circuler en France (...) avec une disparité entre les territoires", a expliqué Gabriel Attal le 31 décembre, en précisant que la liste des départements concernés serait révisée dans une semaine."Si la situation était amenée à se dégrader davantage dans certains territoires, on prendra les décisions qui s'imposent", a-t-il ajouté, en réponse à une question sur la possibilité d'un reconfinement. En l'état, il considère que le "couvre-feu fonctionne" car il "limite les interactions sociales". Seul "arme" contre le virus : le vaccin, dont la campagne de vaccination a démarré dimanche 27 décembre en France. Elle concerne en priorité les personnes âgées, vulnérables et le personnel soignant. Le bilan épidémiologique du dimanche 3 janvier fait état de 12 489 nouvelles contaminations en 24 heures, et 116 nouveaux décès à l'hôpital. Depuis le début de l'épidémie en France, 65 037 personnes sont décédées du Covid-19. Toujours sous couvre-feu, la France impose la présentation d'une attestation pour justifier tout déplacement entre 20 heures et 6 heures du matin. Nombre de cas de Covid-19 en France, évolution sur 24 heures, décès, cartes pour suivre l'épidémie par département et région, clusters, R0 en France, contagion du coronavirus, stratégie vaccinale... 

La vaccination "démarrera vraiment cette semaine". Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal a indiqué sur LCI dimanche que la campagne de vaccination "démarrera vraiment cette semaine. (...) Mercredi, 94 établissements de santé disposeront de plus 500.000 doses à proposer à des professionnels de santé. Cela va monter en puissance de manière importante à partir de cette semaine" a t-il indiqué. "Jusqu'à la fin du mois de janvier, nous disposons de deux millions de doses." "Nous avons le même nombre de doses que nos voisins européens. À la fin du mois de janvier, nous aurons utilisé le même nombre de doses". "Le gouvernement ne fuit pas ses responsabilités. Mais on ne juge pas une campagne de vaccination qui va durer six mois en six jours" s'est-il défendu au sujet des critiques sur la lenteur de la vaccination en France. 

Le variant plus contagieux chez les enfants ? Le Pr Gilbert Deray, médecin à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris a attiré l'attention samedi soir : "une donnée inquiétante est à prendre en compte : l'augmentation possible des contaminations chez l'enfant en Grande-Bretagne", a t-il indiqué sur Twitter. Le Collège royal de pédiatrie et de santé infantile britannique a démenti l'information : "à l'heure actuelle, nous ne constatons pas de pression significative de Covid-19 en pédiatrie à travers le Royaume-Uni". précisant : "À mesure que les cas augmentent, il y aura une légère augmentation du nombre d'enfants avec le Covid-19, mais l'écrasante majorité ne présente aucun symptôme ou seulement une maladie très bénigne".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article