Coronavirus en France : les hôpitaux sous tension, le variant déjà incontrôlable ?

Publié le par angeline351

Coronavirus en France : les hôpitaux sous tension, le variant déjà incontrôlable ?

Les chiffres sont mauvais lors du dernier bilan du coronavirus avec une hausse des cas en réanimation. Pour Arnaud Fontanet, épidémiologiste, les mesures doivent donner des résultats rapidement. Les dernières infos

Le dernier bilan de Santé publique France fait état d'une pression toujours plus haute sur le système hospitalier. 2 803 malades du Covid-19 occupent actuellement les services de réanimation, du jamais vu depuis mi-décembre avec un solde positif de 26 personnes dans les réanimations. Pourtant, Gabriel Attal, porte parole du gouvernement a indiqué qu'il n'y aurait pas d'évolution des mesures sanitaires cette semaine, laissant la chance au couvre-feu.
Sur l'antenne de BFM TV, Arnaud Fontanet a confirmé que le couvre-feu donnait quelques prémices d'une efficacité. En revanche, il a fait part de son inquiétude face au variant qui pourrait rendre la situation incontrôlable si les mesures ne "payent pas rapidement". "On sait que les couvre-feux marchent, mais on a en fait très peu de temps" et "il faut que ça paye vite", "le couvre-feu à 18 heures est la dernière chance avant le confinement". Karine Lacombe et Martin Hirsch, infectiologue et directeur de l'APHP interrogés sur BFM et France Info, estiment que la France est actuellement dans une pente légèrement ascendante et qu'il faudra peut être "aller au-delà du couvre-feu."
Dans la Loire, une école ferme ses portes après la détection de 26 cas positifs. "Huit professionnels et 18 enfants ont été testés positifs à la Covid-19 au sein de l'école primaire privée Notre-Dame, de Saint-Genest-Lerpt", a indiqué dans un communiqué la préfète de la Loire. La réouverture de l'établissement, fermé jusqu'au 27 janvier, sera précédée d'une "réévaluation sanitaire de l'Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes".
Sur le plan de la vaccination, cinq décès ont été recensés en France en lien ou non avec la première injection, le ministre de la Santé a rassuré la population en expliquant que ces personnes avaient des comorbidités et étaient âgés (plus de 75 ans). "Ce sont des personnes qui ont pu décéder dans les jours qui ont suivi la vaccination sans pour autant présenter des signes de réaction allergique suite à la vaccination... En EHPAD, on s'adresse à des personnes qui sont très fragiles, en perte d'autonomie et souvent avec beaucoup de maladies et de médicaments. Et les causes de ces décès peuvent complètement être indépendantes.

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article