Journée de carence : les héros de la seconde vague sacrifiés !

Publié le par angeline351

Journée de carence : les héros de la seconde vague sacrifiés !

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

La Fédération FO des personnels des services publics et de santé n’a eu de cesse d’exprimer son incompréhension face à l’entêtement du gouvernement sur le maintien du jour de carence pendant la deuxième vague épidémique. Un amendement porté par le Sénat avec l’accord du gouvernement viendra dès le début du mois de janvier 2021 suspendre la journée de carence aux agents publics pour les seuls arrêts de travail directement liés à la pathologie du Covid-19.

Cependant, même si FO peut enfin saluer le changement d’appréciation du gouvernement face aux agents publics atteints du Covid-19, il n’en reste pas moins scandaleux, incompréhensible et inadmissible que les agents ayant contracté la maladie pendant la 2e vague de l’épidémie, soient exclus du dispositif ! Nous assistons une fois de plus à une inégalité de traitement insupportable et incompréhensible.

La Fédération déplore cette décision unilatérale actée par le gouvernement par le biais des Sénateurs ! L’engagement sans faille des agents et plus particulièrement ceux de la Fonction Publique hospitalière est à nouveau bien mal récompensé ! Certains agents ont même été obligés de travailler tout en étant positifs et malades !

A l’aune, malheureusement, d’une nouvelle flambée de l’épidémie, c’est un message qui ne motivera pas les équipes déjà fatiguées et usées, au bord de l’épuisement tant moral que physique.

Les premières discussions sur la Protection Sociale Complémentaire (PSC) se précisent dans la Fonction Publique et le gouvernement s’il veut une PSC de haut niveau, serait bien inspiré de suivre la revendication de FO de supprimer définitivement la journée carence.

SERVICES PUBLICS ET DE SANTÉ
Secrétaire général

Publié dans INFORMATION, COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article