Covid-19 : un dépistage massif débute en France

Publié le par angeline351

Covid-19 : un dépistage massif débute en France

ne campagne de ce que l’exécutif appelle le « dépistage massif » du Covid-19 démarre en France le 14 décembre 2020. Mais dans les faits, il sera limité à quelques villes seulement, et seules les populations les plus à risque seront testées.

Des dépistages gratuits pour tous ceux qui le souhaitent
La campagne de dépistage massif menée en Slovaquie fin octobre 2020 a suscité un grand intérêt parmi les épidémiologistes et les pouvoirs publics de différents pays. En France aussi, le Conseil scientifique Covid-19 a recommandé aux autorités de s’inspirer de l’exemple slovaque. Mais la mouture française aura finalement peu à voir avec l’original : le ministère de la Santé a souhaité que la France mène cette opération à sa sauce.

En France, seules quatre villes participeront à ce que l’exécutif appelle un « dépistage massif » : Le Havre et Charleville-Mézières en décembre 2020 et Saint-Etienne et Roubaix aux alentours du 11 janvier 2021. Au Havre, 12 centres éphémères de dépistage ont été implantés dans la ville, auxquels s’ajoutent 8 autres sur les communes de la Communauté urbaine ; l’accueil y a débuté le 14 décembre 2020 au matin et s’achèvera le 19 décembre 2020. À Charleville-Mézières, 4 centres de dépistage (+ 4 autres dans quatre autres communes d’Ardenne Métropole) assurent un accueil jusqu’au 19 décembre, puis les 21, 22, 23, 28, 29 et 30 décembre.

 

L’exemple slovaque semble être difficilement transposable en France
Ces dépistages sont assurés par des élèves infirmiers et étudiants en médecine, des médecins libéraux et autres professions médicales et paramédicales, des pharmaciens ainsi que des agents municipaux et communautaires. Sont surtout utilisés des tests antigéniques : ceux-ci donnent un résultat en 30 minutes, même s’ils laissent passer beaucoup plus de faux négatifs que les tests PCR.

La campagne de dépistage entreprise par la France est néanmoins très différente par rapport à ce qui a été réalisé en Slovaquie. Fin octobre 2020, en un week-end, ce pays de 5,5 millions d’habitants avait réalisé 3,6 millions de tests antigéniques. Le test était par défaut obligatoire. Les personnes qui ne pouvaient pas y participer pour telle ou telle raison avaient l’obligation de s’isoler pendant sept jours. En France, ces dépistages sont espacés dans le temps, limités à seulement deux territoires en même temps et non obligatoires. En cas de test positif, l’isolement n’est pas non plus obligatoire.

Dépistage de la COVID-19 : ne plus utiliser les tests rapides VivaDiag en raison de faux positifs - /ansm.sante.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article