Coronavirus en France : 18 254 nouveaux cas, tendance à la hausse

Publié le par angeline351

Coronavirus en France : 18 254 nouveaux cas, tendance à la hausse

Le directeur de la Santé a fait le point sur la situation épidémique en France. Il a regretté que la tendance de l'épidémie était désormais à la hausse.

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan
Le dernier bilan a été donné par Jérôme Salomon, le directeur de la Santé, ce jeudi 17 décembre en début de soirée. "L'évolution de l'épidémie est préoccupante, a-t-il dit, avec une tendance à la hausse encore aujourd'hui. Cette augmentation du nombre de cas invite à la plus grande vigilance afin d’éviter une flambée épidémique. La prévention reste la pierre angulaire de notre stratégie. [...] Si l’on restreint au maximum les contacts à risque dès maintenant, un test systématique n’est pas nécessaire. Un test négatif ne permet pas d’exclure une phase d’incubation et une infection à venir [donc] il faut tout de même respecter tous les gestes barrières" a-t-il ajouté. "Le R est légèrement supérieur à 1, a-t-il précisé. Voici les chiffres transmis.

2 427 316 cas confirmés (Ehpad compris), soit 18 254 nouveaux cas de plus 
59 619 décès au total (Ehpad compris), soit 258 de plus 
25 182 hospitalisations en cours, soit 133 de plus
2808 personnes actuellement en réanimation, soit -42 de moins
1 362 nouveaux admis à l'hôpital (-297) et 150 en réanimation (-68) 
181 506 personnes sorties de l'hôpital, soit 1195 de plus
Taux de positivité des tests : 6,2%, stable

 

 les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut') présentés juste en dessous.

Les autres infos du jeudi 17 décembre
Le président de la République Emmanuel Macron a été testé positif au Covid-19. L'annonce a été faite ce jeudi matin par l'Élysée. Le chef de l'État "s'isolera pendant sept jours" mais "continuera de travailler et d'assurer ses activités à distance". Le Premier ministre Jean Castex et le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand étant cas contacts, ils se sont mis à l'isolement.
Les repas et les moments de convivialité en famille ou entre amis jouent un rôle central dans la propagation du virus. C'est ce que révèle l'étude "ComCor", publiée ce jeudi par l'Institut Pasteur en lien avec l'Assurance maladie et Santé publique France. 
L'Agence européenne des médicaments a décidé d'avancer d'une semaine l'examen du vaccin du laboratoire américain Moderna. Une réunion exceptionnelle est prévue le 6 janvier prochain. Une première réunion est prévue le 21 décembre afin de décider de la mise en circulation du vaccin Pfizer/BioNTech.
Dans une interview pour Le Parisien, le président du Conseil scientifique a fait un état des lieux de la situation épidémique du coronavirus en France. Selon lui, les Français doivent faire un "dernier effort" car le vaccin ne changera pas immédiatement la donne. Jean-François Delfraissy mise même sur un rebond dès le début de l'année. "Ce rebond pourrait-il survenir à la mi-janvier ou plus tard ? La réponse est oui, le modèle n'a pas changé, le virus va continuer de circuler au fil de l'hiver" explique-t-il. "L'arrivée des vaccins n'aura pas d'impact sur le premier trimestre 2021 et très peu sur le deuxième. Ce début d'année ne sera pas différent de 2020" évoque-t-il avec pessimisme. Questionné sur les armes que la France disposera pour faire face au virus en janvier, le Professeur parle "d'innovations attendues". "Des tests plus performants devraient arriver en février. Un nouveau médicament à base d'anticorps monoclonaux pourrait aussi être validé à la même période".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article