Covid-19. Pourquoi le groupe sanguin O est-il moins vulnérable ?

Publié le par angeline351

 

Sur trente-cinq publications, trente-deux indiqueraient une différence de vulnérabilité face au virus. Pour l’immmunologue nantais Jacques Le Pendu (Centre de recherche contre le cancer Nantes-Angers), le lien entre groupes sanguins et sensibilité au virus est bien établi.

Les personnes de groupe A (et peut-être les AB) seraient de 20 % à 40 % plus à risque d’être infectés par le virus Sars-CoV-2. Les 0 auraient, au contraire, 20 % à 40 % moins de risque . « Au niveau individuel, cela ne change rien à la nécessité de se protéger, mais au niveau des populations, c’est intéressant », s’empresse de préciser le chercheur.

Les groupes sanguins sont définis par leur compatibilité. Les personnes de groupe O développement des anticorps anti-A et anti B. Les A développent des anticorps anti-B, les B le contraire, et les AB aucun anticorps.

Les cellules du sang ne sont pas les seules à présenter les marqueurs cibles de ces anticorps. Toutes les cellules épithéliales aussi, dont celles des fosses nasales ou de la trachée.

    
Sur trente-cinq publications, trente-deux indiqueraient une différence de vulnérabilité face au virus. Pour l’immmunologue nantais Jacques Le Pendu (Centre de recherche contre le cancer Nantes-Angers), le lien entre groupes sanguins et sensibilité au virus est bien établi.

Les personnes de groupe A (et peut-être les AB) seraient de 20 % à 40 % plus à risque d’être infectés par le virus Sars-CoV-2. Les 0 auraient, au contraire, 20 % à 40 % moins de risque . « Au niveau individuel, cela ne change rien à la nécessité de se protéger, mais au niveau des populations, c’est intéressant », s’empresse de préciser le chercheur.

Les groupes sanguins sont définis par leur compatibilité. Les personnes de groupe O développement des anticorps anti-A et anti B. Les A développent des anticorps anti-B, les B le contraire, et les AB aucun anticorps.

Les cellules du sang ne sont pas les seules à présenter les marqueurs cibles de ces anticorps. Toutes les cellules épithéliales aussi, dont celles des fosses nasales ou de la trachée.

PUBLICITÉ

Protégez votre vie privée.

Choisissez une solution de sécurité sur laquelle vous pouvez compter.

Inspired by

Une piste sur la relative immunité des enfants ?
Selon l’hypothèse de Jacques Le Pendu, objet d’une étude in vitro en cours de publication, les virus, qui détournent la machinerie cellulaire pour se multiplier, portent eux aussi ces marqueurs de groupes sanguins : « Le virus fait produire aux cellules des sucres complexes qui se lient à sa protéine S (celle qui permet au virus de pénétrer dans les cellules). Ils servent normalement à la masquer au système immunitaire. Mais certains de ces sucres sont reconnus par les anticorps du groupe sanguin. »

Les personnes de groupe O auraient ainsi une meilleure première ligne de défense contre le virus. La quantité supérieure de ces anticorps chez les enfants pourrait être une piste de leur relative immunité.

Covid-19. Pourquoi le groupe sanguin O est-il moins vulnérable ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article