Nouveau changement de cap pour le gouvernement. La liste des personnes considérées comme « vulnérables » au Covid-19 s’offre un nouveau visage.

Publié le par angeline351

Nouveau changement de cap pour le gouvernement. La liste des personnes considérées comme « vulnérables » au Covid-19 s’offre un nouveau visage.

Comme promis par Jean Castex, elle a de nouveau été étendue. De seulement quatre pathologies, le gouvernement retient depuis le 20 octobre 2020 onze cas de vulnérabilité au coronavirus : 

Être âgé de 65 ans et plus
Avoir des antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales)
Antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications
Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale : broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose, notamment
Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée
Être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie)
Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2)
Être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins
Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie
Être au troisième trimestre de la grossesse
Être atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive, infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3, consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques, liée à une hémopathie maligne en cours de traitement.

Chômage partiel
Les personnes figurant sur cette liste peuvent bénéficier du chômage partiel dans le cas où les conditions sanitaires ne seraient pas réunies sur leur lieu de travail, ou si elles ne peuvent pas faire de télétravail. 

Elles peuvent également se faire délivrer gratuitement 10 masques par semaine en pharmacie et sur présentation d’une ordonnance du médecin.

Rétropédalage gouvernemental 
Le 15 octobre dernier, le Premier ministre Jean Castex avait indiqué que « pendant l’été, le risque était devenu important d’être désinséré professionnellement », justifiant ainsi le coup de rabot apporté en août sur cette liste.

Avant d’ajouter : « Vu l’évolution de la situation épidémique, charge à l’Etat de repenser le dispositif de protection tout en évitant la désinsertion professionnelles. » 

L’élargissement des critères de vulnérabilité a été applaudi par les malades et associations de malades qui réclamaient de revenir à la liste initiale.

 

Publié dans SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article