Un bug informatique prive des milliers de Français de pension de retraite

Publié le par angeline351

Un bug informatique prive des milliers de Français de pension de retraite

Des milliers de Français vivant à l’étranger ont été privés de pension de retraite en ce mois de septembre, en raison d’un bug informatique provenant de la Caisse nationale d’assurance vieillesse.

 

Des virements bloqués par le système informatique
Les mystères de l’informatique ! Le 9 septembre dernier, des Français retraités domiciliés en Australie, en Croatie, en Thaïlande ou encore au Brésil ont attendu, en vain, le versement de leur pension de retraite. Mais rien n’est jamais venu. En cause, un problème informatique ayant bloqué le virement des pensions depuis la Caisse nationale d’assurance vieillesse jusqu’aux comptes des bénéficiaires.

D’après les informations communiquées par la CNAV, et dévoilées par le quotidien Le Parisien, il semblerait que le système informatique gérant le versement des pensions de retraite ait bloqué pas moins de 3.000 ordres de virement considérés comme étant à risque. De quoi occasionner une belle frayeur chez les bénéficiaires qui n’ont donc pas pu compter sur cet argent pour leurs dépenses du quotidien.

 

La réaction de la CNAV
D’après Le Parisien, le problème aurait été identifié très rapidement par la Caisse nationale d’assurance vieillesse, le lendemain en l’occurrence. Ce qui aurait permis à la CNAV d’agir rapidement. Le journal explique que la CNAV aurait ainsi procédé à un virement manuel, dès lors qu’un retraité se manifestait auprès de ses services pour signaler ce problème.

La CNAV a par ailleurs expliqué qu’en cas de grande difficulté financière, il était possible de demander un virement sur un compte à l’étranger, pour plus de rapidité. Une réaction qui devrait soulager les personnes lésées, soumises pour certaines à des impératifs et des règles d’ordre financier, dans le pays dans lequel elles demeurent.

Publié dans INFORMATION, RETRAITES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article