Loi bioéthique : LREM entend prôner “une nouvelle philosophie de la parentalité”

Publié le par angeline351

Loi bioéthique : LREM entend prôner “une nouvelle philosophie de la parentalité”

Une note a été dévoilée mercredi 22 juillet par Le Figaro. Il y figure le futur passage de la loi PMA pour toutes… Le gouvernement y prône d’ailleurs “l’amour” que l’on donne à son enfant, “sans que le critère biologique ne prime”.

Alors que la France traverse toujours une crise sanitaire d’ampleur, le projet de loi bioéthique revient en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Comme le révèle Le Figaro ce 22 juillet, une note interne circule entre les membres du groupe LREM au sujet des modifications réalisées par le Sénat sur ce texte. 

Le travail du Sénat « balayé d’un revers de la main »
Selon Le Figaro, qui a pu se procurer ce document, il serait écrit que cette loi porterait « une nouvelle philosophie de la parentalité, reposant sur un projet parental et l’amour que l’on souhaite donner à un enfant, sans que le critère biologique ne prime ». Une déclaration critiquée par certains élus comme la corapporteuse du texte au Sénat, Muriel Jourda (LR) : « Je ne vois pas en quoi le législateur a quelque chose à voir avec la promotion de l’amour dans la parentalité. » Elle poursuit : « C’est une remarque digne du café du commerce alors qu’un travail de fond a été mené au Sénat pour trouver des modalités d’établissement de la filiation pour les enfants des couples de femmes qui ne bouleversent pas les fondements de notre droit », déplore-t-elle. Selon la Républicaine, le travail du Sénat est « en train d’être balayé d’un revers de la main ».

Si cette note fait jaser, c’est aussi parce qu’elle comporte quelques erreurs… Toujours d’après ce document, la Chambre haute aurait voté la « suppression du dispositif permettant d’ouvrir la PMA aux couples de femmes et aux femmes non mariées », alors que le Sénat aurait « bien donné le feu vert à la PMA pour toutes ». De plus, la Chambre haute aurait été contre la « suppression de la prise en charge intégrale par l’Assurance-maladie des actes de PMA pour l’ensemble des couples, hétérosexuels ou de femmes, et des femmes seules », quant au même moment, le Sénat compterait limiter le remboursement de la PMA par la Sécurité sociale, et n’aurait pas voté le « dérembousement » pour tous, comme le fait comprendre la note. 

 

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article