La relance éco : A Rochefort, Nautitech revoit à la baisse son plan de sauvegarde de l'emploi

Publié le par angeline351

La relance éco : A Rochefort, Nautitech revoit à la baisse son plan de sauvegarde de l'emploi

Le chantier naval Nautitech prévoyait initialement la suppression de 60 postes, dans le cadre de son plan de sauvegarde de l'emploi. Un chiffre revu à la baisse : on parle maintenant de 46 licenciements. L'objectif est préventif, pour permettre la relance de l'activité.

46 supressions de postes : c'est le nombre retenu par le plan de suppressions d'emplois de Nautitech. Le chantier naval a été durement touché par la crise du coronavirus. "Le PSE est à titre préventif", explique Gildas Le Masson, le directeur de Nautitech. " Sa nécessité est essentiellement destinée à anticiper une activité réduite". Selon lui, la situation actuelle est, clairement, due à la crise sanitaire. Elle a provoqué deux phénomènes. "Le premier, une absence quasi-totale de prise de commande durant le confinement. Le deuxième problème est lui, lié au fait que le gros de l'activité de prise de commandes, pour un constructeur comme nous, c'est la période de l'automne", révèle-t-il. Gildas Le Masson fait référence aux salons nautiques sur lesquelles il compte puisque l'exportation représente 70% de son activité.   

 

La crise sanitaire : la goutte d'eau
Problème d'approvisionnement, mauvais choix de fournisseurs de bois, aucune livraison. Si les salariés se montrent compréhensifs, la Covid 19 n'est que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. "Ce plan fait suite à la crise mais cela ne veut pas dire que l'entreprise n'était pas fragile auparavant. On avait déjà des soucis des trésorerie", dévoile Pascal Baudu, menbre du Comité Social et Economique de Nautitech.     

Le sort des salariés
Certains salariés resteront dans l'entreprise. Ils seront conservés au sein de Nautitech, seulement si la charge de travail reprend. Dans ce cas, ces personnes seront réembauchées. Sur les 46 suppressions de postes, on compte 26 licenciements directs et 20 salariés placés en activité partielle. Ils pourront être réintégrés si la production le permet. Dans le cas contraire, ils feront aussi partie du plan de licenciements. La mutualisation des deux lignes de production en une seule, et la réorganisation générale de l’entreprise avec le futur effectif vont permettre à Nautitech de renouer avec la croissance. L'entreprise se dit alors prête à aborder cette nouvelle période. Avec cette redéfiniton, Gildas Le Masson souhaite recentrer son activité sur ce qui a fait le succès de la marque, le multicoque de haute qualité destiné aux propriétaires exigeants et attachés avant tout au plaisir de naviguer. Ainsi, la société rochefortaise réaffirme son ADN, tout en écrivant une nouvelle page de son histoire.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article