Comment convaincre ses salariés de revenir au bureau?

Publié le par angeline351

Comment convaincre ses salariés de revenir au bureau?

Selon Serge Assayag, associé du cabinet de conseil OnePoint, trois mois de confinement ont créé des "décrocheurs" qui ont distendu leurs liens avec l'entreprise, mais aussi des personnes traumatisées et craintives. Les dirigeants doivent rassurer, écouter et créer de la convivialité car "une entreprise sans bureau, c'est comme une nation sans territoire".

De nombreux salariés du secteur tertiaire mais aussi des fonctionnaires restent encore confinés pour le travail mais sortent au restaurant le soir et voient leurs amis le week-end. Comment expliquez-vous cela?

Serge Assayag - A l'issue du confinement, il y avait encore de la peur. La crainte du retour non sécurisé sur site. Et à l'instar des pouvoirs publics, les entreprises qui n'avaient pas un besoin vital d'avoir leurs équipes in situ ont été extrêmement prudentes et ont préconisé la poursuite du télétravail. Toutefois, pratiquement deux mois après, on observe une grande difficulté à reprendre le rythme initial et faire en sorte que les collaborateurs reviennent. Je pense que les entreprises sont trop prudentes et craignent que leur responsabilité ne soit engagée en cas de détection de nouveaux clusters et que les salariés se sont habitués à télétravailler. Le gain de temps passé dans les transports, la capacité à se concentrer spécifiquement sur certains sujets et la construction d'un cadre de travail totalement personnalisé font qu'ils doivent avoir une bonne raison de revenir sur site.

Quels enseignements peut-on tirer de cette situation de retour très timide sur le lieu de travail?

58% des salariés (selon un sondage Ifop) déclarent que le confinement a changé leur rapport au travail. J'en tire trois enseignements: premièrement, le digital est dorénavant partie intégrante de beaucoup d'emplois. Les outils utilisés à distance sont devenus des besoins primaires. Deuxièmement, il n'y a plus à démontrer que l'on peut être efficace à distance, l'espace de travail est à repenser pour en faire un lieu de lien social et cela permettra de faire revenir les équipes. Troisièmement, la sécurité des collaborateurs devient une mission majeure de l'employeur. Il lui faut rassurer sur le fait que tout est mis en place pour gérer les vulnérabilités individuelles.

Dans quelle mesure peut-on fonctionner durablement avec une équipe en télétravail?

Le lien social se construit dans les quelques minutes avant et après une réunion. le télétravail, même si beaucoup s'y essaient, annihile ces temps sociaux au profit de discussions plus directes et considérées comme plus efficaces. Le télétravail est totalement adapté à certaines métiers mais ne peut durer sans être complété de temps de partage. Derrière son écran, on produit. En face à face, on construit. Une équipe totalement en télétravail peut créer des mercenaires, très forts sur leur métier mais sans appartenance sociale. Or l'entreprise vise à créer du lien. C'est même un acteur majeur de la cohésion sociale.

L'épidémie et le confinement strict de deux mois auraient-ils déclenché des traumatismes invisibles mais profonds chez les salariés?

Oui je pense que cette période a créé des chocs émotionnels profonds: remise en question personnelle, recherche de sens, attentes très fortes vis-à-vis de l'entreprise et du management. On fait porter à son employeur beaucoup de responsabilités (maintien de l'activité, maintien des salaires, maintien du lien). On observe à plusieurs endroits des décrocheurs, qui, isolés depuis trois mois, ont perdu le lien, ont cassé leurs rituels et comme tout changement, sont en perte de repères.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article