Castex revoit son agenda et décale les réformes des retraites et de l'assurance-chômage

Publié le par angeline351

Castex revoit son agenda et décale les réformes des retraites et de l'assurance-chômage

Jean Castex a réaffirmé que la réforme des retraites serait "maintenue" mais a promis "une nouvelle méthode" au sortir d'une réunion avec les partenaires sociaux à Matignon.
Jean Castex a donné satisfaction aux syndicats en revoyant ce vendredi son agenda social, qui voit les réformes des retraites et de l'assurance-chômage décalées afin de mettre l'accent sur "la priorité des priorités" : "l'emploi". 

"Beaucoup de sujets sont sur la table et je suis heureux de la qualité du dialogue que nous avons établi ce matin avec les partenaires sociaux", s'est félicité le Premier ministre à l'issue de trois heures de réunion multilatérale à Matignon. "Tout cela ne préjuge pas d'un accord global. Il y aura, on le sait, des divergences (...) mais il faut d'abord savoir nous parler, nous respecter et fixer des voies et des chemins pour l'avenir", a encore plaidé le Premier ministre. 

Pragmatique", le chef du gouvernement a offert des gages aux partenaires sociaux en annonçant que la date d'entrée en vigueur de la réforme controversée de l'assurance chômage serait "décalée" en raison de la crise sanitaire et économique. La réforme, dont un premier volet était entré en vigueur en novembre dernier et un second était attendu au 1er septembre, est repoussée dans son intégralité à début 2021, selon les participants à la réunion. 

Suspendue, la réforme des retraites sera menée

 

Quant à la réforme des retraites, suspendue sine die par la crise, Jean Castex a promis "une nouvelle méthode" en distinguant le "caractère structurel" de la réforme "qui vise à plus de justice" et son volet financier", et "en reprenant la concertation dans les mois à venir", a indiqué le Premier ministre. Mais il a aussi affirmé que ces deux dossiers seraient menés à leur terme. 

"L'instauration d'un nouveau régime de retraite universel sur lequel le président de la République s'est engagé en 2017 devant le peuple français sera maintenue. Simplement, comme je l'ai indiqué aux partenaires sociaux, nous lui appliquerons une nouvelle méthode", en distinguant le "caractère structurel" de la réforme "qui vise à plus de justice" et son volet financier", et "en reprenant la concertation dans les mois à venir", a indiqué le Premier ministre. 

Ça correspond à notre volonté de ne pas faire du sujet des retraites un sujet de l'été et de l'automne, mais plutôt se laisser le temps du diagnostic pour voir d'abord comment on aura été capable de répondre ou non aux enjeux de lutte contre le chômage, de maintien de l'emploi, de lutte contre la paupérisation, avec une priorité mise en direction des jeunes", a encore salué Laurent Berger, estimant que "la priorité est placée au bon endroit en termes d'objectif et de calendrier, à savoir l'emploi, l'emploi, l'emploi". 

Une fois ces préalables levés, "nous sommes convenus ensemble que la priorité des priorités, désormais, c'est la lutte contre la crise, l'emploi, la lutte contre le chômage et les voies et moyens de retrouver le plus vite possible, les voies de la croissance économique", a indiqué le Premier ministre. 

"Nous avons à cet effet établi un calendrier extrêmement exigeant commençant dès le début de la semaine prochaine, autour de la question de l'emploi des jeunes et plus généralement dans les semaines à venir pour arrêter et finaliser le plan de relance" auquel les partenaires sociaux seront étroitement associés, a-t-il garanti. S'engageant à tenir "le plus grand compte" des propositions des partenaires sociaux, Jean Castex a aussi annoncé la tenue d'une nouvelle "conférence de dialogue social" en octobre. 

Le déficit pourrait approcher les 30 milliards en 2020
Par ailleurs, Castex "nous a rassurés sur le fait qu'il faudrait faire la distinction entre ce qui est du domaine du conjoncturel et ce qui est du structurel" sachant qu'après la crise du coronavirus "les schémas d'équilibre" financier "ne sont plus les mêmes", a précisé le président de la CPME François Asselin. 

Dans cette perspective, Jean Castex a annoncé aux participants qu'il saisirait de nouveau le Conseil d'orientation des retraites (COR) afin d'évaluer la situation financière des régimes actuels. Selon une estimation provisoire du COR dévoilée en juin, le déficit pourrait approcher les 30 milliards d'euros cette année. 

Les partenaires sociaux demandaient unanimement le report, si ce n'est pour certains l'abandon total, de la réforme des retraites, suspendue sine die par l'épidémie de coronavirus. Jean Castex avait initialement indiqué vouloir reprendre les concertations afin de régler le dossier "à court terme". Il avait aussi assuré vouloir distinguer "très clairement" la refonte du système actuel "de toute mesure financière", comme l'allongement de la durée de cotisation, prise pour combler les déficits. 

En outre, la réforme de l'assurance chômage, dont le deuxième volet avait été reporté au 1er septembre en raison du coronavirus, a été repoussée "au début de l'année prochaine, 2021", a indiqué le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises. "Nous attendons de savoir si les mesures déjà en application sont aussi concernées par ce report", alors qu'un premier volet est déjà entré en vigueur en novembre dernier, a-t-il précisé. 

 

Publié dans INFORMATION, RETRAITES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article