Un piquet de grève du personnel de nettoyage à l'hôpital Tenon pour obtenir une prime

Publié le par angeline351

Un piquet de grève du personnel de nettoyage à l'hôpital Tenon pour obtenir une prime

Trente cinq salariés de la société de nettoyage ATN ont organisé un piquet de grève mardi matin à 6H00 à l'hôpital Tenon à Paris pour réclamer une prime pour leur travail pendant la crise du coronavirus, selon le syndicat CNT Solidarité ouvrière.

Les salariés réclamaient "une prime décente" alors que leur travail "a été rendu particulièrement dangereux du fait de l'épidémie de Covid-19" et jugeaient "méprisante" la prime accordée par l'entreprise, selon un communiqué.

"Un accord a été conclu dans la matinée accordant 500 euros de prime" à ces personnels, a indiqué le président d'ATN Dominique Leszczynski à l'AFP.

Le président d'ATN nettoyage souligne avoir accordé d'emblée 450 euros de prime sur 3 mois à tous ses personnels sur le terrain, soit 300 salariés sur un total de 380 pour l'entreprise.

"J'ai une trésorerie à surveiller, avec des surcoûts d'équipements de sécurité et des clients qui ont fermé", plaide-t-il.

Selon la CNT en revanche, la prime était de 100 ou 150 euros selon les personnels, et ne couvrait pas le mois de mars.

L'hôpital Tenon est le premier client d'ATN avec une centaine de salariés.

"Le problème, c'est le système de sous-traitance, qui fait que les hôpitaux se défaussent de leur responsabilité", a indiqué à l'AFP Etienne Deschamps, secrétaire général de la CNT Solidarité ouvrière.

"Lorsque le gouvernement annonce une prime de 1.000 euros ou 1.500 euros pour les salariés des hôpitaux, cela doit concerner aussi ces personnels indispensables à la vie de l'hôpital", souligne-t-il.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article