L'UNICEF tire la sonnette d'alarme sur les enfants déplacés en pleine pandémie de COVID-19

Publié le par angeline351

L'UNICEF tire la sonnette d'alarme sur les enfants déplacés en pleine pandémie de COVID-19

 L'UNICEF a appelé à des actions urgentes pour protéger les enfants déplacés à l'intérieur du pays car ils sont parmi les plus vulnérables du monde à la pandémie de COVID-19.

Lors de la présentation du dernier rapport de l'UNICEF, Peter Hawkins, représentant de l'UNICEF au Nigeria, a déclaré aux médias à Abuja que des centaines de milliers d'enfants dans le nord-est du Nigeria vivent dans l'ombre des conflits et sont désormais en proie à une pandémie mondiale de plus en plus meurtrière et à ses conséquences socio-économiques potentielles.

"Lorsqu'une nouvelle crise comme la pandémie de COVID-19 fait son apparition, les enfants déplacés sont particulièrement vulnérables et les lacunes dans notre capacité à assurer leur sécurité sont encore plus flagrantes. Nous devons de toute urgence travailler ensemble - nous tous, gouvernements et partenaires humanitaires - pour les garder en sécurité, en bonne santé, en apprentissage et protégés", a déclaré M. Hawkins.

Selon le rapport de l'UNICEF intitulé "Lost at Home", fin 2019, on estimait à 46 millions le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays par des conflits et des violences dans le monde. Environ 19 millions étaient des enfants.

Il y a actuellement 1,9 million de personnes déplacées de leurs foyers dans le nord-est du Nigeria, où règne la violence, dont 60 % sont des enfants, selon le rapport.

Le rapport poursuit en disant qu'avec des logements surpeuplés, un accès limité à l'eau potable et à l'assainissement et une sensibilisation quasiment inexistante aux messages de santé publique, les personnes déplacées à l'intérieur du pays sont confrontées à un risque élevé de propagation rapide du COVID-19.

M. Hawkins a déclaré qu'au vu des risques et des défis auxquels sont confrontés les enfants déplacés, des actions urgentes de la part du gouvernement, de la société civile, du secteur privé et des acteurs humanitaires sont nécessaires pour les protéger.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article