Coronavirus : les médecins généralistes, maillon clef du déconfinement

Publié le par angeline351

Coronavirus : les médecins généralistes, maillon clef du déconfinement

Les médecins généralistes vont jouer un rôle primordial après le 11 mai pour diagnostiquer les cas potentiels de Covid-19 et identifier les contacts de ceux qui auront été testés positifs.

Pour réussir le déconfinement , le gouvernement compte sur les médecins généralistes. Dans cette nouvelle étape de la lutte contre le coronavirus, un enjeu majeur va être d'éviter l'apparition de nouveaux foyers d'infections. Pour MG France, la principale organisation de généralistes, le port du masque généralisé est la mesure barrière la plus efficace. Mais il va aussi falloir « identifier et circonscrire très vite les petits foyers épidémiques», observe son président Jacques Battistoni.

Diagnostiquer très vite les cas de Covid-19 et repérer tous ceux qui ont été en contact : sur ces deux volets essentiels pour casser les chaînes de contamination , les médecins généralistes s'estiment légitimes. Le virus ne devrait pas représenter « un travail considérable en termes de volume » pour les 60.000 praticiens du pays, assure Jacques Battistoni.

Le parcours qui attend les cas suspects est déjà tout tracé. Quand ils verront un patient présentant les symptômes du Covid-19, les médecins généralistes pourront prescrire un test virologique PCR. Mais ils n'assureront pas eux-mêmes ce prélèvement qui représente « un acte à haut risque infectieux, exigeant des équipements sécurisés ». En revanche, s'inquiétant des faux négatifs, MG France souhaite obtenir la possibilité pour les généralistes de demander un deuxième test, si le premier est négatif.

Pour les patients qui seront diagnostiqués positifs au Covid-19, une deuxième consultation, dite « consultation d'annonce », comme il en existe pour les personnes atteintes d'un cancer, sera programmée. Facturée 55 euros, elle sera consacrée à la prise en charge du patient : prescription de son traitement, organisation du suivi, recommandations pour éviter que le virus contamine son entourage.

Confiance
Le patricien devra enfin repérer toutes les personnes avec lesquelles son patient a été en contact avant les premiers symptômes et les enregistrer dans la base créée par l'Assurance-Maladie . Une relation de confiance existe entre les Français et leur médecin généraliste. Ce dernier connaît de plus l'environnement de ses patients. Il est donc bien placé pour recueillir des informations. Pour inciter les praticiens à mener l'enquête, une rémunération de 2 à 4 euros par contact a été prévue. Néanmoins, qu'il s'agisse du dépistage de l'entourage d'un malade du Covid ou de sa mise à l'isolement, hors de son domicile, le généraliste pourra aussi passer la main à l'Assurance-maladie. « Le secret médical sera garanti », assure Jacques Battistoni. Et d'insister : « Le système choisi pour éviter un redémarrage de la pandémie fait appel à la responsabilité de chacun, il fonctionnera d'autant mieux que la confiance sera partagée. »

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article