VIDEO/Chloroquine : « Les dernières publications ne sont pas en faveur de ce traitement » affirme Olivier Véran

Publié le par angeline351

Chloroquine : « Les dernières publications ne sont pas en faveur de ce traitement » affirme Olivier Véran

 

Mercredi 22 avril 2020, le ministre de la Santé a été interrogé sur les traitements à base d'hydroxychloroquine. Olivier Véran a indiqué que : « Les dernières publications ne sont pas en faveur de ce traitement ».
LE 22 AVR 2020
Par Quentin Calmet
3mn
A l’occasion des questions d’actualité au gouvernement du Sénat mercredi 22 avril 2020, le ministre de la Solidarité et de la Santé a évoqué les dernières publications parues aux Etats-Unis. Il a expliqué que « les dernières publications qui ont été publiées et validées ne sont pas en faveur, hélas, de l’utilisation en pratique courante de ce traitement en mono ou en bithérapie ». 

Olivier Véran a ajouté : « Néanmoins les études continuent sur l’ensemble du territoire national donc nous aurons des réponses issues d’études françaises ».

Le ministre donc a invité à la prudence sur le traitement préconisé, notamment par le Dr Raoult. 

Olivier Véran était également interrogé sur les évacuations sanitaires. Le bilan depuis le début de la crise du coronavirus et de 644 évacuations, « par train, par avion, par hélicoptère », a expliqué le ministre. « Nous sommes le seul pays à l’avoir fait »,et c’est « un motif de fierté » a salué avec force Olivier Véran.

Après cette séance des questions d’actualité au gouvernement, le président du groupe LR au Sénat était interrogé sur ces travaux américains défavorables à la Chloroquine. 

 

Selon Bruno Retailleau, certaines études auraient été lancées à la seule vocation de « biaiser le résultat » des travaux du Pr Raoult

Bruno Retailleau a expliqué que « pour que ces études puissent vouloir dire quelque chose sur le protocole Raoult, il faut le respecter ». Selon l’élu de Vendée, les autres études ne sont pas conformes à ce protocole et à ses deux conditions : « Associer la molécule de Chloroquine à une molécule d’antibiotique et de le donner au malade en première phase, et non pas dans une phase désespérée », a rappelé Bruno Retailleau. Selon l’élu de Vendée, certaines études auraient été lancées à la seule vocation de « biaiser le résultat » des travaux du Pr Raoult.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article