Coup de froid sur les congés d’été

Publié le par angeline351

Coup de froid sur les congés d’été

Ceux qui avaient l’habitude de planifier leurs vacances au printemps doivent patienter avant de réserver. Ils seront sans doute amenés à rester en France.

Attention, sujet ultrasensible ! Rien ne doit être dit qui pourrait atteindre plus encore le moral des Français en pleine épidémie. Aussi, les propos de Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d’Etat aux Transports, le 7 avril, conseillant « d’attendre avant de réserver les séjours et billets pour les vacances d’été », ont mis le feu aux poudres. Pas question de laisser croire aux malades convalescents et aux confinés qu’ils seront privés de vacances.

Les agents de voyages et transporteurs n’ont pas été les seuls à tenter d’atténuer cette impression. La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne s’est empressée de « compléter » les propos de son secrétaire d’Etat : il « soulignait que ce n’est pas le moment d’acheter un billet pour partir à l’autre bout de la planète avec toutes les incertitudes qu’on peut avoir sur ce que sera l’état de l’épidémie en France et dans le monde », a-t-elle expliqué aux sénateurs. Il n’empêche que les vacances seront très différentes. Les réponses des experts à quatre questions élémentaires.

Où partir ?
Oubliez les destinations lointaines. « A l’été 2020, les Français iront prioritairement en France, prévoit la députée Pascale Fontenel-Personne, spécialiste du tourisme. Beaucoup de pays seront encore touchés par le Covid-19. Il est possible de passer de belles vacances à 100 kilomètres de chez soi. » Le marché français, qui aura perdu plus de 25 milliards d’euros de recettes au bas mot, aura grand besoin de la clientèle domestique, même pour des séjours moins longs et moins chers. « Il faut permettre à tous les acteurs de bien se préparer, s’inquiète Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme. On ne rouvre pas un village de vacances, un camping ou un hôtel en 24 heures, surtout s’il existe de nouvelles normes pour désinfecter les piscines et espaces communs. »

Quand réserver ?
Les professionnels s’accordent sur un point. A la mi-avril, les incertitudes sont trop grandes pour réserver et payer un vol, un séjour ou un hébergement à effectuer en juillet et août. « Il est urgent d’attendre, conseille Nicolas Brumelot, cofondateur de MisterFly. On ne sait pas quels acteurs seront encore debout dans un mois. » D’autant que, pour l’heure, les compagnies aériennes ne remboursent pas les billets aux distributeurs et agents de voyages pour les vols annulés. L’IATA, l’organisation mondiale des compagnies, a d’ailleurs menacé les agents de voyages de leur retirer leur agrément s’ils préfèrent rembourser les clients plutôt que de transmettre les avoirs des transporteurs.

Comment voyager ?
Avec la plupart des trains à quai et les avions cloués sur le tarmac, difficile de dire comment et quand reprendra le transport de voyageurs. Les experts travaillent sur un scénario en trois phases. Le transport domestique serait le premier à redémarrer, puis les liaisons intra-européennes cet été, et enfin les longues distances. Le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, se dit prêt à « redémarrer très fort », mais la situation sera plus délicate pour les compagnies aériennes. Première à prendre des mesures drastiques, l’allemand Lufthansa estime que « la levée totale des restrictions de voyage durera des mois et le retour de la demande à la normale, des années ». Carsten Spohr, son PDG, a annoncé la décision de réduire sa flotte et ses filiales Eurowings, Swiss et Austrian.

Devra-t-on porter un masque ?
Les règles sanitaires vont se renforcer dans les transports. En premier lieu dans les centres de connexion, comme les aéroports. Le port du masque va sans doute devenir la norme, de même que la prise de température. « Il est essentiel de restaurer la confiance », explique en effet Augustin de Romanet. Le PDG d’ADP a commandé 12 caméras thermiques pour équiper Roissy. « Notre grand défi sera de s’assurer qu’il n’y aura pas de risque d’exporter des passagers malades qui pourraient se retrouver en quarantaine à l’arrivée. Pour rassurer sur les conditions de départ et d’arrivée, il faudra que tous les aéroports soient sur la même ligne de conduite », prévient-il.

 

 

 

 

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article