ArcelorMittal : FO s’inquiète de l’impact sur l’emploi de la future organisation industrielle

Publié le par angeline351

ArcelorMittal : FO s’inquiète de l’impact sur l’emploi de la future organisation industrielle

 

Le sidérurgiste a annoncé la fermeture anticipée de la cokerie du site de Florange, s’engageant au reclassement de tous les salariés non-concernés par des mesures d’âge. Cette fermeture s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle organisation industrielle, dont FO craint les effets sur l’emploi global. Le syndicat exige des précisions.

C’est une mauvaise nouvelle pour les salariés d’ArcelorMittal France. Le sidérurgiste a confirmé, le 10 février, qu’il envisage la fermeture de la cokerie du site de Florange (Moselle) dès 2022-2023, alors qu’il avait prévu initialement de l’utiliser jusqu’en 2032. Aussitôt, le groupe a assuré avoir les moyens de « proposer un nouveau projet professionnel en interne à chaque salarié de la cokerie », au vu « des perspectives démographiques ».

Autrement dit, le reclassement interne des 170 salariés travaillant en CDI à la cokerie située à Séremange-Erzange, à proximité de Florange, serait assuré, pour tous ceux qui ne seront pas concernés par des mesures d’âge (départs en retraite, départs anticipés). Le syndicat FO d’ArcelorMittal rappelle que la cokerie emploie aussi une cinquantaine d’intérimaires et de sous-traitants...

Une fermeture attendue
Annoncée lors d’un Comité social et économique central (CSE-C) à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), cette fermeture anticipée n’est pas une surprise. Le numéro un mondial de la sidérurgie a vu la demande d’acier se contracter et prévoit une surcapacité de coke en Europe. Ses résultats 2019 ont d’ailleurs traduit cette baisse de la demande : il a terminé l’année dans le rouge, avec une perte nette de 2,5 milliards de dollars.

Dans ce contexte, la cokerie mosellane se trouvait particulièrement sur la sellette. Car elle alimente en coke le site de Dunkerque (Nord) qui, du fait de nouveaux procédés de fabrication, « pourrait être auto-suffisant à court terme (2022-2023) », a expliqué la direction du groupe. Classée Seveso, l’installation est de surcroît très critiquée localement pour ses émissions polluantes, alors même qu’ArcelorMittal Europe s’est engagé l’an passé dans une stratégie de réduction de 30% de ses émissions de CO2 d’ici 2030. Le sidérurgiste veut être neutre en carbone en Europe d’ici 2050.

FO inquiète de la réorganisation industrielle
Mais la fermeture de la cokerie mosellane n’est qu’une des conséquences de la nouvelle organisation industrielle prévue par le sidérurgiste et qui doit se mettre en place d’ici fin 2024 en France. Elle a commencé à être présentée lors de ce CSE-C du 10 février, qui était dédié aux orientations stratégiques d’ArcelorMittal France, en matière d’innovation, de digitalisation, de réduction des émissions de CO2 et d’amélioration de la performance industrielle.

« La direction nous a présenté différents scénarios à l’horizon 2024, représentant les évolutions possibles de l’activité économique et commerciale. L’ensemble nécessite d’être détaillé. Mais la fermeture de la cokerie de Florange semble être l’arbre qui cache la forêt », avertit Norbert Cima, délégué syndical FO chargé du secteur des forges sur le site d’ArcelorMittal à Florange.

En clair, les nouveaux processus de fabrication de l’acier, conjugués à l’exigence réaffirmée d’une hausse de la productivité, risquent de peser très lourdement. « Nous sommes clairement inquiets de l’impact de la future organisation industrielle sur l’emploi global d’ArcelorMittal France », commente le représentant FO. Actuellement, 7.000 salariés sont employés sur 8 sites, dont 7 industriels.

Le schéma de réorganisation sera vite précisé. Deux prochains CSE-C sont prévus le 5 mars et le 23 mars afin que la direction réponde aux questions soulevées par sa première présentation. Et, le 6 avril, s’ouvrira la consultation officielle des représentants syndicaux sur le projet d’orientation stratégique.

L’avenir interrogé des lignes de galvanisation
Mais d’ores et déjà, le dispositif industriel présenté interroge l’avenir des lignes de galvanisation des sites de Montataire (Oise) et de Mouzon (Ardennes), qui emploient au total 260 salariés en CDI et intérimaires. Elles vont être directement impactées par la rapide montée en charge de la nouvelle ligne de galvanisation du site de Florange, inaugurée en novembre dernier. Depuis 2017, 80 millions d’euros ont été investis dans cette ligne à la pointe de la technologie, afin de produire de l’acier haut de gamme pour l’industrie automobile. 25 postes ont été créés.

Problème, l’énorme capacité de production (800.000 tonnes par an) de la nouvelle ligne est, à elle seule, capable d’absorber les productions des autres sites. Or, d’ici la fin 2020, ArcelorMittal France prévoit déjà de monter à 700.000 tonnes la production de la nouvelle ligne de Florange.

« Dans les documents présentés, la direction parle de « mise à l’arrêt temporaire » des autres lignes, si elle ne trouve pas de clients supplémentaires. Elle dit en chercher activement », commente Norbert Cima.

Reste que tout le monde dans le secteur sidérurgique comprend ce que signifie l’usage très politique du terme « arrêt temporaire » : malheureusement, une fermeture à moyen ou à long terme. Le site ArcelorMittal de Florange en sait quelque chose, lui qui a vécu en 2012 l’arrêt temporaire de ses deux hauts-fourneaux qui employaient alors 600 personnes. Cet arrêt provisoire, qui a suscité un tollé général, est devenu officiellement définitif, en décembre 2018, plus de cinq ans après...

Publié dans INFORMATION, COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article