POLITIQUE DE SANTÉ : L’URGENCE D’UN CHANGEMENT DE CAP !

Publié le par angeline351

POLITIQUE DE SANTÉ : L’URGENCE D’UN CHANGEMENT DE CAP !

La gravité de la crise que traverse notre système de santé illustre l’échec de la politique menée depuis vingt ans, selon notre chroniqueur Frédéric Bizard, professeur affilié à l’ESCP Europe et président de l’Institut Santé.
Chaque semaine apporte son lot de faits marquant la détérioration plus profonde de notre système de santé. Le 1er décembre, des professeurs de trente CHU (centres hospitaliers universitaires) ont soulevé la menace de ne plus pouvoir respecter l’éthique médicale du fait des pertes de chance engendrées par le délitement de l’hôpital public. Le même jour, le Sénat rejetait le budget de l’Assurance-maladie voté par l’Assemblée nationale. La profondeur de la crise de notre système de santé est le résultat d’une continuité dans l’échec de la politique menée depuis vingt ans.

Si on ne peut pas reprocher à la ministre de la Santé de lancer de grands plans d’action, ils échouent les uns après les autres. Stratégie nationale de santé en janvier 2018, plan Ma santé 2022 en septembre 2018, transformation des urgences en février 2019, plan hôpital en novembre 2019… La raison de l’échec de chacun de ces plans est de ne pas faire changer de cap à une politique de santé menée depuis vingt ans, qui ne répond pas aux enjeux stratégiques et accélère le déclin de notre système de santé.

Côté enjeux stratégiques, c’est une triple transition démographique, épidémiologique et technologique qu’il faut relever. Cela implique de mener deux virages essentiels, celui de la prévention et celui de l’ambulatoire. Ni l’un ni l’autre ne sont en réalité menés, ce qui fait que le système est sorti de la bonne route. La France a une gouvernance entièrement centrée sur le soin et non sur la santé publique, son investissement dans la prévention est en recul en euros constants depuis dix ans, à seulement 2% de l’ensemble des dépenses de santé contre plus du double pour nombre de pays développés.


Peu d’investissements sont réalisés sur l’ambulatoire, ce qui conduit à orienter encore massivement des patients chroniques vers l’hôpital alors qu’ils pourraient être pris en charge en ville. La saturation des urgences est un révélateur de cette situation, mais il est loin d’être le seul. Le retard dans la numérisation de notre système de santé et dans la diffusion massive des innovations technologiques est un facteur important de perte d’efficacité du système.

A ce déficit d’adaptation structurel s’ajoutent des erreurs politiques majeures. La décision de concentrer en 2019 tout le pouvoir à l’hôpital au gestionnaire et en région à la haute fonction publique avec la création des Agences régionales de santé (loi Bachelot) a eu comme double effet de sur-administrer la vie des soignants et de les éloigner de toute participation à l’organisation des soins. Il s’en est suivi une chute spectaculaire de l’attractivité des postes à l’hôpital public et de l’installation en ville.

La loi Touraine (2016) a aggravé cette tendance avec la création des groupements hospitaliers de territoire, qui ont dépossédé le personnel hospitalier du contrôle de leur activité. A défaut d’une analyse critique de la situation, la ministre Agnès Buzyn a chaussé les mêmes bottes que ses prédécesseurs et tente, comme ces derniers, de nous faire croire que ce n’est qu’une question de temps pour que les choses s’arrangent.

Avec 25% de plus de dépenses de santé par habitant que la moyenne européenne et une offre de soins démobilisée, on voit bien que l’offre ne répond plus favorablement à la demande. Seule une refondation du système, comme l’a proposé l’Institut Santé*, sera à même de sortir par le haut de cette situation à la fois dramatique et scandaleuse. Avec les meilleures ressources médicales au monde, les pouvoirs publics ont réussi l’exploit en vingt ans à paupériser notre système et à le mettre à genoux !

*«Et alors, la réforme globale de la santé, c’est pour quand ? Plaidoyer pour une refondation de notre système de santé», ouvrage collectif dirigé par Frédéric Bizard, éditions Fauves, novembre 2019, Institut-sante.org

 

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article