Laurent Berger : « Il faut sortir le pays de sa dépression »

Publié le par angeline351

Laurent Berger : « Il faut sortir le pays de sa dépression »

Le secrétaire général de la CFDT est dans une position difficile : il est le seul syndicaliste qui soutienne encore la réforme des retraites lancée par Emmanuel Macron. C’est, selon lui, un meilleur système, plus juste…

Le mouvement de grève qui démarre le 5 décembre contre la réforme des retraites promet d’être massif. Il est soutenu autant par les partis de gauche, y compris le PS, que par les grands syndicats. Il y a pourtant une exception qui est loin d’être anodine : la CFDT ne participera pas au mouvement au niveau confédéral – même si sa branche des cheminots devrait faire partie du mouvement, rejoignant ainsi tous les syndicats de la SNCF. Le secrétaire général du syndicat Laurent Berger continue de soutenir la réforme « à points », selon lui plus juste et plus sociale que le système actuel. Il défend ici son point de vue sur les retraites, mais pas seulement : ainsi, le leader syndical regrette qu’il soit devenu quasi impossible en France de débattre sans s’affronter violemment.

 

Hôpital, police, éducation, retraités, sans oublier les « gilets jaunes » : le mécontentement est de plus en plus large. Comment trouvez-vous le climat français en ce moment ?

On a parfois l’impression de vivre dans un pays hystérique ! Il n’est plus possible d’avoir un seul débat posé, et je ne parle pas que des questions sociales. Il est devenu difficile de faire appel à l’intelligence individuelle ou collective. Qu’est-ce qui fait fonctionner une démocratie ? C’est la reconnaissance, par chacun, des intérêts contradictoires qui traversent une société. La capacité à entrer dans la discussion, à se confronter positivement. 

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article