Outremer : manifestation à Paris pour le maintien des congés bonifiés des agents publics

Publié le par angeline351

Outremer : manifestation à Paris pour le maintien des congés bonifiés des agents publics

Plusieurs centaines de fonctionnaires se sont rassemblés ce jeudi 14 novembre à Paris devant le ministère de l’Economie et des finances à Bercy à l’appel de six organisations du secteur public dont FO. Cette manifestation visait à défendre, une nouvelle fois, les droits des agents ultramarins à congés bonifiés. Droits mis en péril par un projet visant à modifier le système d’octroi. Parmi les manifestants, des personnels de police, des agents de la pénitentiaire, des postiers, des infirmiers, des éducateurs...

Depuis plus d’un an, le gouvernement cherche à modifier les règles des congés bonifiés qui concernent environ 35 000 fonctionnaires originaires d’outremer et travaillant en métropole. La réforme annoncée en juin 2018 par le président de la République a pour l’instant pu être contrecarrée et cela grâce à l’action des syndicats. De FO notamment. Toutefois, la victoire n’est encore pas acquise. Loin s’en faut.

Si un décret dont l’arrivée était annoncée pour juillet dernier (ainsi que sa circulaire d’application) est resté dans les tiroirs, la réforme des congés bonifiée n’est pas pour autant abandonnée. Et c’est bien ce qui inquiète les syndicats, reçus ce 14 novembre par des membres du cabinet du ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, sans pour autant recevoir de réponse à la revendication portant sur l’abandon de cette réforme.

Le gouvernement qui visait ainsi initialement à supprimer ces congés supplémentaires et la sur-rémunération s’insurgeait FO l’été dernier prévoit donc toujours une réforme du mode d’octroi de ces congés via la modification d’un décret. Et le système risque d’entrer en vigueur dès l’été prochain.

Le combat pour les droits va se poursuivre

Créés en 1978, les congés bonifiés sont des jours de congés supplémentaires (30 jours calendaires maximum s’ajoutant aux cinq semaines de congé annuel réglementaires) qui permettent aux agents originaires d’outre-mer et affectés en métropole (ou dans un autre DOM) de revenir une fois tous les trois ans dans leur département et d’y séjourner plus longuement.

A la prise en charge par l’administration des frais de voyage pour l’agent et sa famille s’ajoute le versement d’une indemnité de vie chère pendant le congé. Or, malgré un premier recul l’été dernier, le gouvernement semble toujours vouloir modifier ces règles, entre autres en réduisant la durée des congés (l’addition des congés classiques et la bonification) à 30 jours au lieu d’une possibilité de 65 jours consécutifs.

Alors que les six organisations du public dont FO demandent l’ouverture de négociations pour améliorer les droits des agents, le gouvernement argue toujours que le système revisité permettrait que les personnels concernés partent plus souvent mais moins longtemps. Pour FO-Fonction publique, le système voulu par le gouvernement revient plutôt à un recul social.

Les 27 et 28 mars, le comité confédéral national de FO (CCN-FO) avait d’ailleurs réaffirmé son opposition à toute remise en cause du système [des congés bonifiés, NDLR] sans un véritable dialogue avec les organisations syndicales de fonctionnaires.

Ce 14 novembre, les fonctionnaires ont souligné leur détermination à poursuivre la lutte pour la défense des droits aux congés bonifiés des agents ultramarins.

 Voir en ligne  : Retrouvez notre album Flickr de la manifestation : Photographies de F. Blanc

VALÉRIE FORGERONTJournaliste à L’inFO militante

 

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article