Le congé de paternité pour les pères de bébés prématurés allongé

Publié le par angeline351

Le congé de paternité pour les pères de bébés prématurés allongé

La durée de ce nouveau congé de paternité pendant la période d'hospitalisation de l'enfant est fixée à 30 jours consécutifs au maximum.

Une avancée pour les familles de prématurés
C'est une véritable avancée dans la prise en charge des prématurés et de leur famille. Rappelons que la prématurité concerne 60.000 naissances par an en France. « Je suis fière, heureuse, émue, de lire la publication du décret d'application au Journal Officiel, écrit Charlotte Bouvard, fondatrice de l'association SOS Préma, dans son post annonçant la nouvelle, la prématurité est un accident de vie qui mérite toute notre attention, parce que les nouveau-nés sont nos adultes de demain ».

En 2006, l'association qui accompagne les familles, avait déjà obtenu de l'État, l'allongement du congé maternité des mamans de prématurés. 13 ans après, c'est autour des pères de nouveau-nés hospitalisés dans une unité de soins spécialisés après l'accouchement de pouvoir bénéficier d'un congé de paternité supplémentaire à partir du 1er juillet. Ils pourront ainsi rester auprès de leur famille à l'hôpital.

30 jours consécutifs
Ainsi, à compter du 1 juillet 2019, les péres de prématurés bénéficieront de 30 jours d'indemnisation de plus que dans le congé de paternité actuel, soit le versement d'une indemnité journalière pour tous les salariés (égale au gain journalier de base et plafonnée par la Sécurité sociale à 87,71 euros par jour) et les travailleurs indépendants (55,51 euros). Les exploitants agricoles se verront, de leur côté, attribuer une allocation de remplacement de l'ordre de 151 euros par jour.

La durée de ce nouveau congé de paternité, pendant la période d'hospitalisation de l'enfant, est fixée à 30 jours consécutifs au maximum. Il doit être pris dans les quatre mois suivant la naissance du bébé et s'ajoute aux 11 jours de congé de paternité (ou 18 jours en cas de naissances multiples) et aux trois jours de naissance pour les salariés.

Publié dans INFORMATION, VOS DROITS, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article