Taxe d’assainissement : la loi du silence

Publié le par angeline351

Taxe d’assainissement : la loi du silence

« Pas de communication sur le sujet pour le moment. » La comcom Sud Alsace-Largue, réunie jeudi soir à Hagenbach, a choisi de garder le silence sur le sujet de la taxe d’assainissement qui déchire le secteur depuis presque un an. Mais tout le monde n’est pas d’accord avec la « ligne du parti ». Un délégué a même qualifié cette attitude « d’hallucinante ».

Le propos était certes enrobé d’un vernis frôlant le pathos dans le style : « Nous devons nous donner les moyens pour éclaircir tous les sujets dans le cadre d’un débat serein. » Ou encore pour louer « la méthode » et souligner « le parfait état d’esprit qui règne au sein du groupe ». Mais sur le fond, c’est silence radio. Le vice-président de la communauté de communes Sud Alsace-Largue, Denis Nass, n’a pas pipé mot. Il n’a rien dit des travaux du fameux groupe de travail qu’il préside et chargé d’étudier l’éventuelle mise en place de taxes d’assainissement différenciées selon les secteurs et les types d’équipement.

« On a besoin de sérénité, laissez-nous faire »
L’élu a même lourdement insisté sur le fait que, selon lui, trouver une solution à cet épineux problème passait par le respect absolu de la loi du silence. Pas question que telle ou telle portion du débat fuite dans la presse ou que tel ou tel membre du groupe de travail s’exprime en son nom propre. « Le groupe ne s’exprimera qu’en commun et transmettra les informations au président qui décidera de communiquer » , a indiqué Denis Nass, précisant toutefois qu’un communiqué sera diffusé la semaine prochaine à l’issue de la deuxième réunion du groupe de travail prévue mercredi 5 décembre.

PUBLICITÉ

inRead invented by Teads

« On a besoin de sérénité, laissez-nous faire ! Si on communique, ce sera interprété alors même que les gens n’ont pas toutes les informations en main. C’est ce qui s’est passé jusqu’à présent » , a ajouté le vice-président.

Sauf que les propos de Denis Nass n’ont pas convaincu tout le monde. Loin s’en faut. Le black-out a même eu le don d’énerver franchement Vincent Brun, adjoint au maire d’Eglingen. « Mais c’est proprement hallucinant ce que tu dis. Ce que j’entends là revient à dire à nos administrés : circulez, y a rien à voir ! , a lancé l’élu à Denis Nass. Si les gens ont justement interprété les faits à leur manière depuis un an, c’est précisément parce qu’il y a eu des erreurs de communication majeures de la part de la comcom. Et là, on refait la même chose. Moi, je ne suis pas d’accord avec cette manière de faire. »

Deux rangs plus avant dans la salle, une déléguée de Dannemarie s’offusque à son tour de cette méthode : « Mais à quoi on sert quand on est assis ici alors ? »

Deux autres élues, les adjointes au maire de Montreux-Vieux, Laurence Chan Kam, et de Chavannes-sur-l’Étang, Chantal Bourquard, s’inquiètent alors aussi à leur tour du déficit de communication autour de l’envoi des factures. La première, parce que le document vient d’arriver dans les boîtes aux lettres de Montreux-Vieux et que certains administrés ont déjà remarqué que la somme avait été augmentée de 10 % de TVA, alors que ce n’était pas le cas par le passé. La seconde, parce qu’à Chavannes, les factures ne sont toujours pas arrivées ! « Alors que, par le passé, on les avait déjà à cette époque, elles vont arriver en décembre et ça va être un beau cadeau de Noël à payer ».

« Un courrier d’accompagnement est joint aux factures »
Mais pour autant, l’exécutif restera de marbre. Au sujet des factures, le président Pierre Schmitt indiquera juste « qu’un courrier d’accompagnement est joint aux factures » et que leur édition relève du Trésor public, qui doit faire la synthèse de tous les anciens modes de facturation, sous-entendu : d’où les retards constatés. Et pour le reste, Denis Nass répétera à l’envi qu’un communiqué sera publié la semaine prochaine.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article