ILS OSENT Appeller le travail dominical la grande victoire ,ils osent dire les syndicats de salariés ils oublient de dire que le travail du dimanche est sur le volontariat pour FO c'est non

Publié le par angeline351

Nantes: Les syndicats CFDT et CGC trouvent un accord, les commerces ouvriront trois dimanches en 2019
  • Comme en 2018, trois ouvertures dominicales seront autorisées en 2019.
  • Le dimanche 22 décembre 2019, seules les boutiques des centres-villes pourront ouvrir.
  • L’accord entre syndicats a bien failli capoter.

Le clash a été évité. Comme en 2018, les commerces de la métropole

nantaise pourront finalement ouvrir trois dimanches dans l’année. C’est le sens de l’accord conclu mercredi entre les syndicats de salariés et ceux du patronat. Les trois ouvertures dominicales autorisées seront positionnées juste avant Noël : les deux premiers (8 et 15 décembre) s’appliqueront à toute la métropole, le troisième (22 décembre) sera réservé aux boutiques des centres-villes uniquement.

L’accord syndical, préalable imposé par les maires des communes, a bien failli capoter en raison de la décision de l’hypermarché Auchan Saint-Herblain d'ouvrir chaque dimanche matin, comme la loi l’y autorise (puisque la grande surface est à dominante alimentaire).

« On ne va pas punir toute la classe »
« On le redit, ce que fait Auchan n’est pas acceptable. Mais ce n’est pas parce qu’on a un mauvais élève qu’il faut punir toute la classe. Cet accord nantais est quand même une victoire », Franck Truong, secrétaire général de la CFDT 44.

« Partout en France où il n’y a pas d’accord territorial, la situation est beaucoup plus chaotique, relève Pascal Priou, secrétaire d’Unsa 44. C’est plus défavorable pour les salariés, incompréhensible pour les consommateurs. Auchan ne se comporte pas bien, je voudrais qu’il soit marginalisé. Mais on se reverra en février. S’il y a d’autres dérapages, on ne restera pas les bras croisés. »

Jean-Luc Cadio, président de la confédération des PEM, veut éviter une nouvelle crise et demande à tous les commerçants de se montrer fair-play. « Un vilain petit canard a fait l’imbécile. J’espère qu’il n’y en aura pas d’autres. »

Ouvertures les 16 et 22 décembre prochains
Pour la première fois, en 2018, trois ouvertures dominicales avaient été autorisées. Le premier était le 14 janvier, premier week-end des soldes d’hiver. Les deux suivants seront juste avant Noël : le 16 décembre de 12 à 19 heures pour toute la métropole, le 22 décembre de 12 à 19 heures pour les centres-villes.

L’agglomération nantaise fait partie des métropoles les plus restrictives en matière d’ouvertures dominicales des commerces. Avant l’élection de Johanna Rolland, en 2014, aucun dimanche n’était autorisé.

ils oublient de dire que le travail du  dimanche n'est pas obligatoire  

Seuls certains salariés peuvent donc refuser de travailler le dimanche en cas d'ouverture de leur entreprise. Conséquence : le travail dominical intervient, dans ces commerces, sur la base du volontariat. Le refus du salarié ne pourra en aucun cas donner lieu à sanction quelle qu'elle soit (sanction disciplinairelicenciement...). D'une manière générale, aucune mesure discriminatoire ne doit donc intervenir vis-à-vis des salariés ne voulant pas travailler le dimanche, y compris à l'égard des candidats à l'embauche.  ​​​​​​​

 

Le dimanche, repos hebdomadaire par défaut

Disons-le d’entrée de jeu, le principe du repos dominical n’a pas été ni abrogé ni modifié. Aussi, il reste encore de nos jours, le point de repère au sein de notre législation du travail. Un salarié peut sauf exceptions se prévaloir de disposer du dimanche comme repos hebdomadaire (article L3132-3 du code du travail).

 

Les salariés sont-ils obligés de travailler le dimanche ?

Certains salariés ne sont pas autorisés à travailler le dimanche comme par exemple les apprentis âgés de moins de dix-huit ans excepté ceux qui travaillent dans certains secteurs caractéristiques tels que l’hôtellerie et la restauration (articles L3164-5 et R3164-1 du code du travail). Dans nombre de cas de dérogations permettant le travail le dimanche, ce dernier est basé sur le volontariat des salariés à l’image de la dérogation préfectorale ou de celle reliée aux dimanches du Maire. Dans ces deux cas, le salarié qui manifeste son envie de travailler le dimanche doit le préciser par écrit valant accord donné à l’employeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article