TRAVAIL DU DIMANCHE CHEZ BOUCHARA  POUR FO C'EST TOUJOURS NON

Publié le par angeline351

 

TRAVAIL DU DIMANCHE CHEZ BOUCHARA 

POUR FO C'EST TOUJOURS NON

 

 

LE TRAVAIL DU DIMANCHE  POUR FO C’EST TOUJOURS NON

« NON AU TRAVAIL DU DIMANCHE, OUI AUX AUGMENTATIONS DE SALAIRES ! »

La fin d’année est toujours porteuse de pression parce qu’en 2 mois il nous faudrait faire le chiffre de l’année entière. Le travail du dimanche fait partie de cette stratégie qui consiste pour la Direction à masquer ses propres erreurs financières.  Cette année nous y sommes encore :

CHEZ FORCE OUVRIERE ON NE RETOURNE PAS SA VESTE …

Quand l’entreprise a voulu négocier la mise en place du travail du dimanche nous avons dit NON au travail du  dimanche, OUI au repos en famille et  entre amis. Malheureusement, tel n’a pas été le cas pour certains syndicats, et le travail du dimanche prend la voie de la  banalisation.

IL RESTE NEANMOINS que nous avons obtenu que le volontariat reste la base des ouvertures du dimanche. L’entreprise ne peut organiser ces ouvertures qu’avec des : SALARIÉS VOLONTAIRES.

Certains managers, n’ayant pas assez ou pas du tout de volontaires, menacent des salariés à mots couverts (changement de planning, récupérations difficiles à obtenir, etc…) Quelques-uns demandent même à des salariés  de justifier  la raison pour laquelle ils ne sont pas volontaires…Du jamais vu !!

Depuis quand doit-on se justifier d’avoir une vie privée !!!! Le salarié qui n’est pas volontaire a le  droit de dire NON.   

IL N’A PAS À SE JUSTIFIER DE NE PAS ÊTRE DE LA MAIN D’OEUVRE CORVÉABLE MERCI.                                                                                 

FO DÉNONCE TOUTES LES PRESSIONS FAÎTES  AUX SALARIÉS POUR LE TRAVAIL DU DIMANCHE

Certains salariés se disent que la prime  du dimanche les aiderait bien ! C’est un leurre… car dès que le travail du dimanche sera banalisé (dans  quelques années),il sera rémunéré comme un jour normalement travaillé et les avantages qui y sont liés seront purement et simplement supprimés.

LES SALARIÉS DU COMMERCE ATTENDENT DES AUGMENTATIONS DE SALAIRES ET NON UNE DÉGRADATION DE LEURS CONDITIONS DE TRAVAIL.

LES SALARIÉS D’EURODIF NE VEULENT PAS QUE LA DIRECTION GÈRE LEUR PAUVRETÉ MAIS QU’ELLE DONNE À CHACUN UN  VÉRITABLE SALAIRE.

La Direction n’a pas compris que les salariés attendent autre chose que la destruction de leurs emplois.

L’équipe reste à votre écoute, venez nous rejoindre 

Magalie Lallemmand : 06 47 37 04 75

Xavier Morvan ;06 87 50 39 74

Olympia Caturra : 06 75 12 02 28

                                                                                                            Résister, revendiquer, conquérir

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article