Pôle Emploi : un milliard d’euros versés en trop depuis le 1er janvier

Publié le par angeline351

Pôle Emploi : un milliard d’euros versés en trop depuis le 1er janvier

Des anomalies à Pôle Emploi ont entraîné le versement d’un milliard d’euros de trop-perçus, depuis le début de l’année.

Un million d'erreurs pour un milliard d'euros
Un million. C’est le nombre de bugs répertoriés dans les services de Pôle Emploi depuis le début de l’année 2018. La fin de l’année approche, c’est l’heure des comptes, et le bilan n’est pas glorieux. En effet, ces bugs à répétition ont entraîné le versement d’un milliard d’euros de trop-perçus aux bénéficiaires de l’organisme chargé de la gestion des demandeurs d’emploi.

Un milliard d’euros, vous avez bien lu. Comme si chaque bug occasionné chez Pôle Emploi avait coûté dix euros à chaque fois. Ce n’est évidemment pas la première fois que Pôle Emploi verse plus d’argent que prévu à certains bénéficiaires. Mais on notera tout de même la progression de ce genre d’anomalies, de 36% en deux ans. De quoi énerver certains demandeurs d’emploi.

La faute aux contrats courts selon Pôle Emploi
En effet, malgré ces erreurs, Pôle Emploi semble à chaque fois se rendre compte du problème, et finit toujours par réclamer aux bénéficiaires les trop-perçus. De quoi causer quelques problèmes de trésorerie chez les demandeurs d’emploi les moins attentifs aux allocations qu’ils perçoivent de la part de cet organisme, qui devrait prochainement subir une réforme d’envergure.

En attendant, Pôle Emploi se justifie et explique les versements de ces trop-perçus par le nombre croissant de demandeurs d’emploi cumulant à la fois période de chômage et contrats courts. Pour ceux là, en effet, Pôle Emploi verse une indemnisation sans se poser de questions, avant de réajuster le montant de l’allocation en fonction des périodes de travail de ces bénéficiaires.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article