«Gilets jaunes» à Paris: La sécurité renforcée pour la mobilisation du 24 novembre à Paris

Publié le par angeline351

«Gilets jaunes» à Paris: La
sécurité renforcée pour la mobilisation du 24 novembre à Paris

Si la mobilisation lancée samedi dernier s’est peu à peu dissipée, les manifestants espèrent une nouvelle « marée jaune » une semaine après les premiers rassemblements…

A la veille de « l’acte 2 » de la mobilisation des « gilets jaunes » à Paris, la manifestation aux contours gardés secrets préoccupe les autorités. Si les blocages et les barrages filtrants lancés samedi dernier se sont dissipés, les manifestants espèrent une nouvelle « marée jaune » une semaine après de premiers rassemblements sur les routes de France qui avaient réuni 282.000 personnes, selon le ministère de l’Intérieur.

L’appel à un « acte 2 » à Paris a été lancé sur les réseaux sociaux, canal principal de cette contestation qui a essaimé hors des cadres politiques et syndicaux traditionnels. Et si « la liberté d’expression sera garantie » aux « gilets jaunes », Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, a appelé « une nouvelle fois à la responsabilité des organisateurs » ce vendredi soir, lors d’une conférence de presse. Plus tôt, dans un communiqué, la place Beauvau avait prévenu que « la réponse judiciaire serait intraitable en cas de troubles ».

« La liberté d’expression leur sera garantie », promet Castaner
« Cent trente-six membres des forces de l’ordre ont été blessés depuis le début des manifestations. J’en appelle à la responsabilité des organisateurs. La liberté d’expression leur sera garantie (…) Il n’y a pas de liberté d’expression sans ordre public », a déclaré Christophe Castaner avant de préciser que 620 civils ont été blessés ces derniers jours. Comme le week-end dernier, quasiment aucun rassemblement prévu samedi n’a été déclaré, notamment le grand rendez-vous place de la Concorde auquel plus de 35.000 personnes se sont dites prêtes à participer sur Facebook. Une manifestation que les autorités ont par avance exclu pour raisons de sécurité.

Ces derniers jours, le ministère de l’Intérieur et la préfecture de police ont ainsi multiplié les mises en garde. Un arrêté a été pris interdisant toute manifestation « dans un périmètre assez large autour de l’Elysée » comprenant notamment les abords de la Concorde, de l’Assemblée nationale et de Matignon, qui sera bouclé par les forces de l’ordre, a répété vendredi le préfet de police Michel Delpuech. Les autorités ont indiqué qu’un rassemblement était possible au Champ-de-Mars, qui « offre les conditions de sécurité nécessaires », mais cette hypothèse a été rejetée par plusieurs « gilets jaunes ».

« On est tous d’accord, on ne dit rien »
Les autorités sont ainsi sur le qui-vive face à cette manifestation d’ampleur inconnue. « Nous savons aussi que des réseaux violents d’ultradroite et d’ultragauche entendent se mobiliser », a prévenu le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, reconnaissant par ailleurs que « la sécurité reste compliquée car le mouvement est totalement désorganisé ».

Le ministre de l’Intérieur a affirmé que 5.174 « gilets jaunes » étaient encore mobilisés ce vendredi partout en France. Et des « gilets jaunes » de toute la France ont prévu de monter ce samedi à Paris en covoiturage, bus ou trains. Partout, le mot d’ordre est le même : le secret. « On est tous d’accord, on ne dit rien », ont affirmé des gilets jaunes à Magny (Saône-et-Loire). « Il faut qu’on réussisse (samedi) à se faire entendre, mais comme il faut », explique l’un d’entre eux, Jean-Michel Rocault, « et à Paris il risque d’y avoir de la casse ».

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article