Crédit Foncier: Assassinat d’une institution...et près de 2000 salariés concernés!

Publié le par angeline351

Crédit Foncier: Assassinat d’une institution...et près de 2000 salariés concernés!

 

Quelques jours auparavant,le nouveau président du groupe, Laurent Mignon, a pourtant mis sur la table des discussions engagées avec les organisations syndicales du Crédit Foncier plusieurs scenarii d’évolution en débat.

Une semaine plus tard, le verdict est donc tombé, cela sera la fusion absorption. Le timing proposé est on ne peut plus express puisqu’il compte fi naliser l’« affaire » dès le 1er trimestre 2019 !

  Comme toujours dans ce cas-là, la direction a justifi é son choix par l’urgence de la situation et tout particulièrement de la trop faible rentabilité fi nancière du Crédit Foncier.

Malgré une politique des taux d’intérêt très bas, l’institution a dégagé malgré tout une marge bénéfi ciaire en 2017, jugée insuffi sante par la direction.

Si dans un premier temps, le groupe s’est engagé à proposer un reclassement à 1 392 salariés (les 618 autres restants dans la structure d’extinction hors contrats suspendus), au fi l des premières discussions, les syndicats se sont très vite aperçus qu’il fallait poser un énorme bémol à cette annonce.

L’intersyndicale, dont notre syndicat  est partie intégrante, a organisé une journée d’action et de grève le 11 juillet, avec une participation particulièrement signifi cative pour le Crédit Foncier.

Ce sont environ 700 salariés qui se sont rassemblés à Charenton, dans les sites de province et dans les agences.

Une délégation fédérale  était présente pour soutenir les salariés sous le choc de cette annonce.

Premier acte de résistance, l’intersyndicale a décidé de contre attaquer sur le plan juridique en contestant la procédure employée par la direction pour présenter son projet, considérée comme non respectueuse des procédures.

Déboutée le 2 août, l’intersyndicale a fait appel de ce jugement. L’audience est portée au 9 novembre 2018.

Une première séance du Comité d’Entreprise s’est déroulée le 20 juillet où la direction a détaillé 11h durant son projet et ses conséquences sociales pour les salariés du siège, des Directions de province et des 119 agences.

L’Intersyndicale a bâti et proposé un projet alternatif au projet de PSE de la Direction, dans le but d’offrir davantage de choix et de contreparties aux salariés que ceux proposés par la Direction.

A ce jour l'inquiétude est vive notamment sur les conditions de reclassement promises en juin dernier; les salariés appelaient à manifester cette semaine devant le siège du Groupe BPCE...

Autre sujet d'inquiétude, le sort qui sera réservé aux 600 personnes chargées de gérer en "run-off" les actifs du Crédit Foncier...?

Les négociations devraient se poursuivre jusqu'à mi-novembre...à suivre !! 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article