Carte scolaire : trois fermetures de classes annulées, deux ouvertures proposées en Vaucluse

Publié le par angeline351

Carte scolaire : trois fermetures de classes annulées, deux ouvertures proposées en Vaucluse

Les parents d'élèves et les enseignants manifestaient ce mardi matin sous les fenêtres du directeur académique adjoint à Avignon contre le projet de nouvelle carte scolaire. Il en a présenté une nouvelle version, refusée par les syndicats.

 

Avignon, France

Vingt-deux fermetures de classe : voilà ce que promettait la nouvelle carte scolaire présentée par le directeur académique adjoint en Vaucluse. Ce mardi matin, parents d'élèves et enseignants manifestaient sous ses fenêtres à Avignon, pendant une réunion entre le DAASEN et les représentants syndicaux, sur cette nouvelle carte scolaire.

Trois fermetures en moins, deux ouvertures en plus

Les syndicats ont obtenu gain de cause sur l'annulation de trois fermetures prévues : à Lourmarin en primaire, et à Saint-Saturnin-les-Avignon et Sorgues (école Jaurès) en élémentaire. 

De plus, deux classes supplémentaires vont être ouvertes, deux maternelles, à Courthézon, et à Saint-Pierre-de-Vassol.

Une avancée pour Tanguy Langlet du syndicat FO-éducation en Vaucluse, mais qui ne suffit pas : "On ne peut être que satisfait, c'est la mobilisation qui a payé, mais pour Force Ouvrière, le compte n'y est pas. Le directeur académique maintient 19 fermetures, sachant que 156 élèves supplémentaires sont attendus en 2018". S'il avoue que revenir sur toutes les fermetures ne sera pas possible, Tanguy Langlet estime que d'autres classes doivent être sauvées à Sault, à l'Isle-sur-la-Sorgue, et à Apt (écoles Giono et Bosco).

FO appelle à une nouvelle mobilisation la semaine prochaine, le jour de la nouvelle réunion sur la carte scolaire entre les syndicats et le directeur académique adjoint. "Les syndicats ont voté à l'unanimité contre ce projet de carte scolaire, ce qui oblige réglementairement le directeur académique à convoquer une nouvelle réunion de carte scolaire", explique Tanguy Langlet.

Pas assez de postes d'enseignants

De plus, FO estime que la dotation de l'État en professeurs est insuffisante : "52 postes, ça ne suffit pas pour dédoubler les classes de CP et de CE1 dans les écoles d'éducation prioritaires, et pour faire baisser les effectifs dans les autres écoles en ouvrant des classes, et en évitant des fermetures", précise Tanguy Langlet.

 

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article