La poudre de perlimpinpin

Publié le par angeline351

La poudre de perlimpinpin

 

Selon Wikipédia, l'expression "poudre de perlimpinpin" fait référence aux diverses poudres vendues jadis par des bonimenteurs et charlatans, qui les présentaient comme dotées de vertus merveilleuses et guérissant toutes sortes de maux, alors qu'elles n'avaient aucun effet bénéfique. Le nom fantaisiste de "perlimpinpin" serait une onomatopée dont la sonorité évoque une formule magique.

Beaucoup croient encore à l’homme (ou la femme) providentiel(le), au Père Noël comme l’on dit plus trivialement.

Le nouveau locataire de l’Elysée fait beaucoup d’efforts pour conserver une image idéale de rassembleur, et de gardien des fondements de notre République. Surtout, ne pas faire de faux pas avant les législatives

Ne pas apparaître comme le représentant de fait de la caste dirigeante, ne pas braquer l’électorat, et laisser à penser que la porte de la négociation est ouverte, et ce, notamment concernant la question du droit du travail.

Personne d’initié ne peut croire un seul instant que celui qui a indiqué avant son élection que la loi travail "EL KHOMRI" n’allait pas assez loin, allait se déjuger après son élection. Il a d’ailleurs rappelé, fin mai, sa volonté de mettre en place son programme, car les Français ont voté pour lui en toute connaissance de cause.

Ceci étant, il faut amorcer tout en désamorçant.

Premier habillage : les infos parues dans Le Parisien du 05 juin que l’on peut qualifier de "big bang social" si elles étaient concrétisées en l’état. Alors, fuite réelle ou organisée afin de désamorcer à la baisse des réformes impopulaires ?

 

Deuxième habillage : ménager la forme en montrant que ce gouvernement consulte et prend le temps. Pensez-donc, 50 réunions durant l’été avant de passer en Conseil des ministres fin septembre.
 Il faut bien reconnaître que ce gouvernement ménage les interlocuteurs sociaux en les recevant préalablement, et en organisant une concertation.

Mais, tout ceci n’est que de la forme, voire de la posture, et ce qui importe, c’est le contenu, le fond.

Et ce n’est pas la présentation faite ce mardi 06 juin par le Premier ministre et la ministre du Travail qui a pu nous apporter des précisions sur le fond, ni nous rassurer sur les réformes envisagées.
 Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup !
 

L’explication de tout cet habillage, cet enfumage, ne réside-t-il pas dans le calendrier électoral : laisser passer les élections législatives tout en montrant que ce gouvernement travaille mais en bonne intelligence avec tous, et sans brusquer le pays.

Nous le saurons maintenant très vite et sans aucun doute à la parution de ce journal.

 
 En attendant, soyons vigilants et restons mobilisés afin de parer aux mauvais coups qui se préparent. 

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article