Lettre aux militants du commerce Aux Camarades du Commerce

Publié le par angeline351

logo FEC Q100cent

Lettre aux militants du commerce

Aux Camarades du Commerce

Paris, le 30 janvier 2017

-

Cher(e)s Camarades,

Les employeurs se pressent pour mettre en œuvre les lois MACRON et EL KHOMRI.

Ces deux lois sont une continuité contre les salariés du commerce, qui a pour but la remise en cause, entre autres, du repos dominical et le travail de nuit (qualifié de travail en soirée) et sa mise en œuvre.

Nos militants, nous ont donnés un mandat, nous devons le respecter.

Lors du Congrès Confédéral de Tours et du Congrès Fédéral de Perpignan, les congressistes ont voté contre la remise en cause du repos dominical. Nous avons le privilège à FO que les congrès soient ceux des syndicats et qu’ils réunissent plus de délégués que n’importe quelles autres organisations, en particulier les deux premières.

Certains, à cause de ragots de la CFDT, s’inquiétaient de la signature de la FGTA pour l’ouverture le dimanche des magasins Carrefour. Même si nous ne sommes pas tenus de prendre en compte cette signature ou non, leurs inquiétudes n’ont plus lieu d’être. Les militants FO Carrefour ont confirmé à plus de 85% leur attachement aux résolutions de notre organisation syndicale. C’est NON à la remise en cause du repos dominical et nous pouvons nous en féliciter.

C’est aussi, la même CFDT, après avoir accompagné le gouvernement, qui signe tous les accords de recul dans toutes les enseignes avec la CFTC.

Dans la presse, nos camarades du Cantal nous informent : “le cas des Cités Cantaliennes de l’Automne : « Les salariés ont perdu onze jours de RTT suite à la signature d’un accord avec le syndicat majoritaire, la CFDT. » Autre exemple : une société aurillacoise d’aide à domicile aurait signé, avec ce même syndicat, un accord d’entreprise autorisant « le passage à 40 heures par semaine », « un délai de prévenance de 0 jour en cas de modification des horaires » et « la possibilité d’avoir cinq coupures dans la journée ».” (La Montagne –

édition du 26/01/2017).

Pour la Section fédérale du Commerce de la FEC FO, qui est en pointe sur ce combat, nous ne participerons pas à l’accompagnement par la mise en œuvre des contre-réformes du gouvernement, du MEDEF et de la CFDT, CFTC et CGC.

Nous respecterons la démocratie syndicale qui s’est exprimée à Tours et à Perpignan, mais aussi, lors de la dernière Conférence Nationale Professionnelle du Commerce à Niort et lors des Conseils Nationaux de la FEC FO.

C’est le mandat confié à tous les militants qui sont désignés par notre Section fédérale du Commerce.

Tous les Délégués et Représentants de notre organisation doivent rappeler nos positions que nous développons depuis plus de 100 ans. C’est le progrès que nous revendiquons.

C’est le moment d’organiser la résistance et de développer notre organisation syndicale en proposant aux salariés d’adhérer à FO.

Là, où nous avons plus d’expérience, dans les secteurs de l’Ameublement et du Bricolage, nous pouvons nous féliciter des nouvelles implantations que nous avons obtenues, malgré le travail du dimanche développé depuis près de 10 ans dans l’Ameublement et 3 ans dans le Bricolage.

Les derniers évènements politiques nous laissent à penser que le rejet du projet de loi Travail a laissé des traces et qu’il est à la hauteur des mobilisations que nous avons connues. Ce qui nous conforte pour revendiquer son abrogation. 

Le prochain rendez-vous pour discuter des résolutions se passera à Lille au mois d’octobre, lors du Congrès fédéral. Comme prévu par nos statuts, notre Conférence Nationale Professionnelle s’y tiendra. C’est le plus haut moment de démocratie au sein de notre Fédération, c’est de notre devoir de militants d’y participer.

Amitiés syndicalistes.

 

Christophe LE COMTE

Secrétaire de la Section fédérale du Commerce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article