LIBRE ECHANGE « Stop TTIP, Ceta » : 15 000 manifestants à Bruxelles à la veille de la réunion des ministres du Commerce de l’Union européenne

Publié le par angeline351

LIBRE ECHANGE

« Stop TTIP, Ceta » : 15 000 manifestants à Bruxelles à la veille de la réunion des ministres du Commerce de l’Union européenne

Jeunes, étudiants, retraités, salariés, chômeurs, entre amis, en famille, ou en délégations syndicales… A l’appel de diverses associations et des centrales syndicales belges, quelque 15 000 personnes ont défilé le 20 septembre à Bruxelles, à 17 heures, « après le travail et l’école » comme a dit un manifestant, pour s’opposer aux traités de libre échange transatlantiques négociés par l’Union européenne, l’un avec les Etats-Unis, le TTIP, l’autre avec le Canada, le Ceta.

« Nous sommes étudiants dans une école pour devenir assistants sociaux. Nous avons été informés des dangers de ces traités il y a quelques mois par une réunion d’information organisée par le syndicat étudiant dans notre établissement », explique Léa, venue avec ses trois amis, âgés de 22 à 24 ans.

« Je suis salarié et syndiqué à la FGTB, je ne peux pas rester les bras croisés quand on cherche à défaire tout ce que qui a été bâti pour défendre les droits des plus vulnérables », explique ce père de famille, accompagné de sa femme et de son enfant, encore dans la poussette.

« Comme dit un ami sénégalais, il n’y a ni liberté ni échange dans tout cela »

« Comme dit un ami sénégalais, il n’y a ni liberté, ni échange dans tout cela, juste une remise en cause de l’Etat de droit dans l’intérêt des multinationales », explique un responsable syndical FGTB de Namur.

La date de la manifestation n’avait pas été choisie au hasard. Il s’agissait d’envoyer un message clair aux ministres du commerce des 28 Etats membres de l’Union européenne qui se retrouvent ce 22 septembre à Bratislava. Certes leur réunion est informelle et ne devrait officiellement déboucher sur aucune décision, mais la question des traités n’en est pas moins à l’ordre du jour pour discussion et les ministres devront donc donner leur avis.

En France, le gouvernement demande l’arrêt des négociations sur le TTIP mais persiste et signe sur le Tisa et le Ceta

Le TTIP, accord de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis, est encore en cours de négociation. Mais la négociation du traité Ceta, entre l’Union Européenne et le Canada, est, elle, achevée depuis septembre 2014.

En théorie, le Ceta doit maintenant être, au moins en partie, être ratifié par les parlements nationaux. En effet, en juillet dernier, la commission a accepté qu’il soit considéré comme un accord « mixte » -c’est-à-dire qui ne relève pas de la compétence exclusive de l’Union européenne- ce qui implique que son application pleine et entière exige son passage devant les parlements nationaux. Mais, en vertu de l’article 218 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), le Conseil européen qui regroupe les chefs d’Etat et de gouvernements des Etats membres et le président de la Commission européenne, a la possibilité de décider d’une application « provisoire » et anticipée de l’accord, avant même sa ratification par les parlements nationaux.

Une délégation de la confédération FO, composée notamment d’Andrée Thomas, secrétaire confédérale chargée de l’international et de plusieurs militants de l’Union départementale FO du Nord, était donc présente à la manifestation de Bruxelles, aux cotés d’autres délégations étrangères venues notamment d’Italie, d’Espagne et des Pays Bas.

En France, si le gouvernement a certes annoncé qu’il demandait l’arrêt des négociations sur le TTIP, ce que la confédération FO a salué comme positif, en revanche, il ne remet pas du tout en question la négociation du Tisa (Accord sur le commerce des services) [1], dont on sait qu’il recèle des dangers de même nature que ceux contenus dans le TTIP, et se félicite de la conclusion du Ceta qui n’est rien d’autre que la préfiguration du TTIP.

 

 

 

En bonne place dans la manifestation : les salariés du site wallon du groupe américain Caterpillar menacé de fermeture

Visiblement particulièrement déterminés à se faire entendre dans la manifestation, les métallos de Caterpillar, ont appris début septembre la volonté du groupe américain de fermer son usine d’assemblage de Gosselies, près de Charleroi, en Wallonie. Pour eux le lien entre leur mobilisation spécifique pour la défense de leurs emplois et celle contre les traités TTIP et Ceta s’est fait tout naturellement. « C’est une décision terrible. Le site de Gosselies et le plus grand d’Europe », nous a expliqué l’un des responsable FGTB tout en tenant la banderole de la FGTB de Charleroi Sud-Hainaut sur laquelle on pouvait lire : « Le rôle de l’Etat : protéger les travailleurs, pas les multinationales ! ». Il a précisé : « Nous sommes 2 200 travailleurs dans l’usine, mais avec les sous-traitants cela représente 6 000 salariés. Il y a une partie de la fabrication qui se fait ici qui va partir à Grenoble mais une partie de la production de Grenoble va partir au Brésil... ». Sa conclusion : « Nous sommes là pour manifester contre la décision du groupe Caterpillar et exprimer aussi notre désaccord avec des traités dont nous craignons les conséquences pour l’emploi dans une situation déjà très difficile et qui vont justement donner encore plus de pouvoir aux multinationales ».

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article