Pourquoi la nouvelle coalition au Portugal est une chance pour l'Europe

Publié le par angeline351

Pourquoi la nouvelle coalition au Portugal est une chance pour l'Europe

L'annonce de la probable constitution d'une majorité de gauche au Portugal aura surpris plus d'un observateur qui, au lendemain du 4 octobre, avait annoncé la « victoire » de la droite comme celle de la politique d'austérité et qui avait présenté ce vote comme un « modèle. » En réalité, le Portugal est bel et bien en passe de proposer un modèle, mais certainement pas celui que les partisans des dévaluations internes et des « réformes structurelles » s'imaginaient alors.

Cette alliance portugaise modifie en effet le paradigme dominant au sein de la politique européenne. Au parlement européen comme dans la plupart des pays de la zone euro, les politiques de dévaluation interne bénéficient de l'appui des conservateurs et des sociaux-démocrates (qui, au Portugal sont représentés par le PS, le parti social-démocrate (PSD) étant un parti de centre-droit). Le Portugal ne faisait nullement exception à la règle jusqu'ici. En 2010, c'est le gouvernement PS de José Sócrates qui avait demandé un programme à la zone euro. Le PS avait accepté, avant les élections de 2011 qui l'ont chassé du pouvoir, de respecter les demandes de la troïka.

En finir avec le « chantage »

La décision de son leader d'aujourd'hui, Antonio Costa, de chercher une alliance avec la gauche radicale pour imposer un véritable tournant dans la politique économique du pays, est donc lourde de sens. Elle signifie que cette division construite depuis 2010 entre les « pro-européens », favorables à l'austérité, et les « Eurosceptiques » qui cherchent une autre voie, division qui est fort dangereuse pour l'Europe elle-même, n'est pas une fatalité. Le PS portugais entend ne pas abandonner son attachement à la construction européenne, mais il entend aussi prouver que celle-ci n'est pas incompatible avec une autre politique économique alternative. Autrement dit, Antonio Costa tente de sortir de l'habituel « chantage » consistant à accepter l'euro avec l'austérité ou à le rejeter. C'est, du reste, ce « chantage » qu'avait tenté d'opposer le président de la République Anibal Cavaco Silva en imposant un gouvernement de droite pour « sauvegarder les engagements internationaux du Portugal. » En refusant cette logique et en décidant de s'unir contre le gouvernement de droite, la gauche portugaise veut redonner sa place à la politique. Le fait qu'un parti social-démocrate - au sens européen -  adhère à cette ambition est important : il ramène l'austérité à un choix conservateur.

La fin d'une rupture historique

Ce choix est d'autant plus significatif qu'il prend place dans un pays où la division de la gauche est très profonde et très ancienne. Le PS portugais est un des premiers à avoir initié le « virage social-démocrate » et à avoir adopté la « rigueur. » Dès 1976, son leader Mario Soares, avait repoussé les demandes « révolutionnaires » du parti communiste et des mouvements de gauche issus de la Révolution des œillets. Il avait aussi pris des mesures de rigueur drastiques pour stabiliser l'inflation et l'escudo. Il en est résulté une division profonde avec le parti communiste (PCP) et le reste de la gauche radicale. Pour prendre conscience de cette division, il faut se souvenir qu'en 1983, le PS avait emporté les élections sans majorité absolue et avait alors préféré s'allier au PSD à droite qu'avec le PCP. On mesure donc d'autant plus ce qu'a pu représenter pour la direction du PCP, vendredi 6 novembre, l'acceptation de cette alliance avec le PS. De fait, la capacité de la gauche portugaise à s'unir montre qu'une véritable barrière psychologique et historique a été franchie. C'est dire combien cette coalition était difficile à construire.

L'austérité profondément rejetée

Cette alliance n'a, en réalité, été possible que parce que, pendant que les observateurs internationaux et les ministres de l'Eurogroupe tressaient les louanges de la politique du gouvernement du premier ministre sortant Pedro Passos Coelho, les Portugais rejetaient profondément sa politique. Si ce rejet a été visible à l'été 2013 lors des grandes manifestations, il a été un peu oublié par la suite, le calme étant revenu dans les rues portugaises. Mais ceci n'a jamais signifié qu'il a existé une adhésion de la majorité des Portugais à une politique qui limitait l'espoir des plus fragiles à retrouver un emploi précaire et mal payé ou à émigrer. Comme les Grecs en 2015, les Portugais ont majoritairement rejeté la politique d'austérité puisque l'alliance de droite au pouvoir a perdu 700.000 voix et que l'opposition a été majoritaire. C'est ce fait que l'alliance de gauche vient sanctionner. En cela, il est beaucoup plus significatif de la volonté des Portugais qu'un gouvernement minoritaire destiné à ne rassurer que l'Eurogroupe.

Equation complexe

Evidemment, tout reste à faire pour la gauche portugaise. L'expérience de Syriza en Grèce prouve que sa tâche sera difficile. Le prochain gouvernement sera un gouvernement PS, avec un soutien sans participation de la gauche radicale. Il devra réaliser un programme de rééquilibrage de l'effort budgétaire entre les entreprises et les plus fortunés, vers les classes les plus défavorisées. Il devra aussi reconstituer la demande intérieure du pays qui est absolument ravagée par l'austérité. Bref, rééquilibrer aussi le modèle économique. Le tout, et sur ce point le PS s'est montré très clair, dans le cadre budgétaire européen. L'équation ne sera certainement pas aisée à résoudre. Mais le Portugal n'est pas la Grèce.

Le Portugal n'est pas la Grèce

Le Portugal n'est plus sous programme, à la différence de la Grèce. Il ne dépend donc pas des fonds de la zone euro pour se financer. Certes, en retour, il dépend davantage des marchés où il se refinance. Et, déjà, on a constaté une tension autour du 10 ans portugais. Ce taux est passé de 2,35 % avant les élections à 2,73 % ce lundi 9 novembre. Une hausse certes notable qui dénote une certaine nervosité, mais on est loin des taux d'il y a un an encore (3,23 %). En réalité, ce niveau de taux est très faible pour un pays comme le Portugal et tout à fait soutenable. Il est peu probable que Lisbonne perde l'accès aux marchés pour la bonne raison que ces titres sont soutenus par la politique de rachat de la BCE et que cette dernière va s'intensifier sans doute dans les mois à venir. Du coup, le 10 ans portugais peut apparaître comme un titre sûr et plutôt rentable à une époque où le Bund allemand est de 0,69 %, celui de la France de 1,02 % et même celui de l'Espagne de 1,95 %. Bref, le danger est faible. Sauf, évidemment, si la BCE décide d'exclure le Portugal de ses rachats. Mais il faudra trouver un prétexte valable puisque, à la différence de la Grèce, il n'y a pas de programme pour le justifier. La marge de manœuvre de Lisbonne n'est donc pas si étroite, même si l'économie portugaise est très affaiblie.

Confrontation en vue avec la Commission

La plus lourde tâche sera de parvenir pour la gauche à mener une politique qui change réellement le quotidien des Portugais alors que la Commission européenne et l'Eurogroupe seront certainement sans pitié face à cette tentative inédite de rupture par un parti social-démocrate de l'alliance pro-austérité. Bruxelles va certainement faire pression sur Lisbonne pour que l'essentiel du programme du nouveau gouvernement soit abandonné, en commençant par les choix budgétaires. Le Portugal doit s'attendre à une offensive sans doute sévère. D'autant que, les cas espagnol et italien l'ont prouvé, Bruxelles cherche à prouver à Wolfgang Schäuble, qui veut lui ôter la surveillance budgétaire, qu'elle n'est pas laxiste. Antonio Costa devra donc se montrer solide. Il a une bonne raison pour cela : selon Público, le vote du budget par les deux partis de la gauche radicale n'est pas chose acquise. La pression sera donc maintenue. Et le futur premier ministre sait que s'il est renversé par sa gauche, ce sera le retour de la droite au pouvoir. Il devra donc choisir entre contenter Bruxelles et partir ou engager un bras de fer avec la commission et rester.

Le comportement des Sociaux-démocrates décisif

Dans ce cadre, le comportement des partis sociaux-démocrates européens sera décisif. Cette famille politique est, pratiquement partout en Europe (à l'exception de l'Italie), en pleine crise par son alignement sur les politiques d'austérité. L'alliance portugaise représente l'opportunité de refonder une véritable alternative. Si les gouvernements sociaux-démocrates abandonnent Antonio Costa comme ils ont abandonné Alexis Tsipras, alors preuve sera faite encore une fois que, dans la zone euro, l'alternative économique n'est pas possible. L'euro sera alors clairement en danger, car son identification avec l'austérité sera une nouvelle fois, après le cas grec - que l'on peut toujours prétendre particulier - prouvée.

Finalement, la gauche radicale portugaise, en acceptant les conditions socialistes, a décidé d'ignorer le précédent grec en "essayant" une nouvelle fois de changer la donne dans l'euro. Le Portugal tente donc d'effacer le traitement "politique" de la crise grecque.  Il est donc de l'intérêt des sociaux-démocrates de soutenir l'alternance au Portugal et de le faire non pas seulement par des mots comme le PS français l'a fait samedi, mais par des actes, au Conseil européen. L'expérience portugaise est une nouvelle opportunité. L'Europe saura-t-elle le saisir ?

 

Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article