PLAFONNEMENT AUX PRUD'HOMMES : UNE "DESTRUCTION DU DROIT DU TRAVAIL" ?

Publié le par angeline351

"Quand le plancher devient le plafond, c’est qu’on marche sur la tête !" Sur son blog, l'avocat en droit du travail David Van der Vlist, membre du Syndicat des avocats de France (fondé par des avocats de gauche) et ancien responsable du syndicat étudiant Unef (proche du PS), décortique l'annonce de réforme du gouvernement sur le plafonnement des dommages et intérêts qu'un salarié peut toucher après un licenciement abusif devant les prud'hommes. Une réforme éclipsée cette semaine dans les medias par l'affaire du vol Poiriers-Berlin du Premier ministre.

 

 

Les deux premières colonnes représentent 81 % des salariés, "les plus durement touchés" selon van der Vlist. Certains cas de licenciement sont exclus du plafonnement : harcèlement moral ou sexuel, discrimination, corruption, droit de grève etc.

Jusque là, le code du travail fixait un plancher de réparation de 6 mois de salaire pour tout licenciement abusif (sauf dans le cas d'un salarié ayant moins de 2 ans d’ancienneté ou travaillant dans une entreprise de moins de 11 salariés). Pour Van der Vlist, ce plancher est indispensable : "si l’on veut que l’obligation de fonder le licenciement sur une cause réelle et sérieuse soit respectée, il est indispensable que les conséquences d’un licenciement injustifié soient véritablement dissuasives. [...] Or si un salarié ne peut espérer obtenir que 3 mois de SMIC (3300 € net environ), il aura peu intérêt à saisir un conseil de prud’hommes, a fortiori s’il doit prendre un avocat qu’il devra payer une somme similaire (sans certitude de victoire). A partir de là, l’employeur a un faible risque contentieux puisque peu de salariés risquent de l’attaquer [...] L’employeur peut alors licencier sans véritable motif et le droit du travail est réduit à une déclaration de bonnes intentions."

"IL NE SERA, LA PLUPART DU TEMPS, PLUS RENTABLE D’ATTAQUER L’EMPLOYEUR."

Or, c'est précisément vers cette situation que la réforme conduit pour le blogueur. Pour tous les salariés qui ont moins de deux ans d'ancienneté, le juge ne pourra plus accorder plus de 3 ou 4 mois de salaire d'indemnités, en fonction de la taille de l'entreprise. "Il ne sera, la plupart du temps, plus rentable d’attaquer l’employeur. Dans plusieurs cas, l’ancien plancher devient le maximum."

Publié dans VOS DROITS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article