On a toujours tout donné": la colère des salariés de New Look avant la liquidation judiciaire

Publié le par FOEurodif/BOUCHARA

On a toujours tout donné": la colère des salariés de New Look avant la liquidation judiciaire

Les administrateurs de New Look France, en redressement judiciaire depuis fin mars, ont demandé la liquidation rapide de l'entreprise, faute de repreneur crédible. Les salariés, eux, réclament un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) afin de partir dans de meilleures conditions financières.
Les magasins New Look sont au bord de la disparition. En redressement judiciaire depuis le mois de mars, la société britannique de vêtements devrait être placée mercredi en liquidation. Près de 400 salariés sont concernés en France dans une trentaine de magasins.

Quatre enseignes sont occupées par des salariés en colère, qui réclament un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), ce que refusent les dirigeants.

Depuis vendredi dernier, les salariés de New Look de Rouen se relaient jour et nuit à l'intérieur du magasin. "C'est un bureau qui a été reconverti en dortoir. Il y a le dortoir des filles, la cuisine a été reconvertie en dortoir des garçons".

"Le 1er juillet, on doit rendre les clés"
A l'entrée de la boutique, le rideau métallique reste baissé. Charlotte, employée de New Look depuis 11 ans, est amère: "On a de la colère, on a tout donné, on a toujours été au carré, on a toujours fait ce qu'ils nous ont demandé d'appliquer et au final, le 1er juillet, c'est fini pour nous, on doit rendre les clés, tout simplement".

Les salariés réclament un véritable plan social et des indemnités de départ supérieur au minimum légal. Ils ont calculé qu'un employé au SMIC avec 6 ans d'ancienneté toucherait moins de 2000 euros. Inadmissible pour Alexis Parde, le directeur du magasin de Rouen: "On occupe le magasin pour se faire entendre, qu'on soit respecté et qu'on parte dignement avec un plan social digne de ce nom. Que l'on parte avec l'argent auquel on a droit en fonction de notre ancienneté et tout ce qu'on a pu fournir pour cette entreprise depuis des années".

Des salariés qui menacent de se mettre en grève de la faim si la maison mère britannique ne fait pas un geste.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article