Malus au poids : son durcissement rapide est à envisager :après viendra le poids de l'humain

Publié le par angeline351

Malus au poids : son durcissement rapide est à envisager

Les députés ont adopté un “malus au poids” qui ne satisfait ni les écologistes (qui y voient une mesure anecdotique) ni les défenseurs de l’emploi et du pouvoir d’achat, qui redoutent son durcissement rapide. Moments choisis d’un débat houleux.

En pleine séance publique de l’Assemblée nationale, la ministre de la Transition écologique s’est vue accusée de dogmatisme, quand le président de la Commission des Finances s’entendait reprocher d’user de la caricature pour déformer les propos de ses détracteurs. Ambiance électrique, donc, lors des ultimes débats qui ont précédé vendredi le vote du texte de l’amendement introduisant le “malus au poids” dans le texte du projet de loi de finances 2021. Pour Éric Woerth (LR), président de ladite commission, cette mesure est “une faute” et la preuve que le gouvernement cherche à "tuer" l'industrie automobile. Intention dont se défend la ministre Barbara Pompili avec une ardeur qui lui vaut de se voir reprocher de perdre son calme dans l’hémicycle.

Barbara Pompili se défend de vouloir “tuer” l’emploi dans l’industrie automobile française
Le “malus au poids” est-il l’une de ces “mesurettes” sans grande ambition dont nos gouvernants — présents et passés — ont le secret ? Faut-il voir au contraire dans cette taxation des véhicules de plus de 1.800 kilogrammes la volonté de la France d’aller au-delà des exigences de la réglementation européenne, pour accélérer la transition énergétique 

 

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article