Dordogne : 31 emplois menacés chez Repetto

Publié le par angeline351

Dordogne : 31 emplois menacés chez Repetto

Le célèbre fabricant de chaussures Repetto, dont l'usine est située à Saint-Médard-d'Excideuil en Dordogne, envisage de supprimer 51 postes en France, dont 31 au sein de l'usine périgourdine. Les négociations entamées avec les syndicats doivent s'achever vendredi 13 novembre.

Spécialiste des articles de danse et des chaussures de luxe, Repetto envisage de supprimer 51 postes en France dont 31 à l'usine de production de Saint-Médard-d'Excideuil. Les vingt autres postes concernent les boutiques de la marque situées sur le territoire national. Un plan social est en cours de négociation au sein de l’entreprise qui emploie 140 personnes à Saint-Médard-d’Excideuil.
Baisse d'activité aggravée depuis la crise sanitaire
Cette suppression d'emploi n'est malheureusement pas une surprise. Les salariés y sont résignés depuis l'annonce du PSE au sein de l'unité périgourdine. L'activité du fabriquant est en baisse depuis ces trois dernières années, et la crise sanitaire mondiale est venue encore aggraver une baisse inexorable des ventes. L'essentiel de l'activité de Repetto se fait à l'international notamment avec l'Asie. Depuis la pandémie, les commandes ont été interrompues. Ainsi, un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) a été amorcé par la direction fin octobre. Le nombre de suppression d'emploi "semble définitif et pas négociable" selon nos informations. Depuis le début de la semaine, des négociations ont lieu avec les syndicats pour envisager "l'après" pour les salariés qui seront licenciés notamment la création d'une cellule de reclassement, et une aide à la formation.
Les syndicats ne cachent pas leur inquiétude pour l'avenir du site.

Une mauvaise nouvelle pour la Dordogne
La Maison Repetto  a installé ses ateliers de fabrication à Saint-Médard d'Excideuil en 1967. L'entreprise à la renommée mondiale, est l'un des fleurons de la Dordogne, on y fabrique les chaussons des danseuses les plus réputées. Cette nouvelle de suppression d'emploi est une mauvaise nouvelle pour la commune et le département. "Depuis le premier confinement, on pouvait se douter, que financièrement il allait se passer quelque chose", commente le maire de Saint-Médard d'Excideuil. "Forcément, c'est délicat mais si l'on arrive à surmonter la crise et à rebondir ensuite, ce sera à moindre mal", poursuit l'élu.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article