Covid-19 : "il faut absolument que la population nous aide", implore le directeur général du CHU de Nantes

Publié le par angeline351

Covid-19 : "il faut absolument que la population nous aide", implore le directeur général du CHU de Nantes

Avec 150 malades, le nombre de patients hospitalisés au CHU de Nantes (Loire-Atlantique) a déjà dépassé le pic de la première vague.

« La situation est grave. Elle est grave au plan national, mais elle l’est aussi en Loire-Atlantique. » Le ton est calme et posé, mais il se veut déterminé.
Pour Philippe El Saïr, le patron du CHU de Nantes, les jours sont comptés pour endiguer l’épidémie de Covid-19 et éviter une saturation des hôpitaux. Depuis la grande baie vitrée de la salle de la direction générale, allée de l’Île Gloriette, il voit bien que ce nouveau confinement ne ressemble pas à celui du printemps. « Il n’y a pas cette prise de conscience qu’il y a eu lors de la première vague », déplore-t-il.

 Nos capacités sont importantes, mais elles ne sont pas indéfinies »
Les chiffres sont pourtant clairs comme de l’eau de roche. Avec 150 patients hospitalisés à la suite d’une infection au coronavirus, le pic atteint le 7 avril (147) est déjà dépassé au CHU ce mercredi 4 novembre 2020. « On a trois fois plus de patients que le 16 octobre. La deuxième vague va monter beaucoup plus haut », craint-il. 

Nos capacités sont importantes, mais elles ne sont pas indéfinies. Il est impératif de respecter le confinement pour passer cette deuxième vague "dans de bonnes conditions". Il faut absolument que la population nous aide. 

 

Philippe El Saïr
Directeur général du CHU de Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article