Un "confinement national" est mis en place dans la nuit de jeudi à vendredi (minuit) sur l'ensemble du territoire national (Hexagone et Outre-Mer).

Publié le par angeline351

 

Le chef de l'État a annoncé ce mercredi que le pays allait être reconfiné à partir de ce vendredi. Le confinement est imposé au minimum jusqu'au 1er décembre.

Un "confinement national" est mis en place dans la nuit de jeudi à vendredi (minuit) sur l'ensemble du territoire national (Hexagone et Outre-Mer). Il va s'appliquer au moins jusqu'au 1er décembre, dans un premier temps.
Contrairement au premier confinement, les écoles, collèges et lycées vont pouvoir rester ouverts. Mais les universités vont devoir basculer intégralement en enseignement à distance.
Les commerces non-alimentaires vont devoir fermer, en particuliers les bars et les restaurants donc.
Les déplacements seront de nouveau restreints. C'est le retour de l'attestation dérogatoire de déplacement, qu'il faudra à nouveau présenter pour sortir d'une zone réduire autour de chez soi.
Les Ehpad vont rester ouverts, contrairement à ce qui avait été fait au printemps.
Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé sur Twitter qu'il tiendrait une conférence de presse jeudi à 18 h 30 pour détailler les "nouvelles mesures pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19", après l'annonce mercredi par Emmanuel Macron d'un nouveau confinement. 

L'attestation dérogatoire de déplacement fait son retour.

Il faudra de nouveau la présenter à partir du vendredi 30 octobre. De nouvelles exceptions à l'auto-isolement à domicile sont annoncées pour prendre en compte...

Il y aura une tolérance durant ce week-end de retour pour que chacune puisse revenir de son lieu de vacances. Pour que les familles puissent s'organiser."

Déplacements réduits entre régions, sauf exception
"Vous ne pourrez pas vous déplacer d'une région à l'autre, à l'exception des retours de vacances de la Toussaint", a expliqué le président Emmanuel Macron.

Des tests rapides pour toutes les entrées en France
Nouveauté annoncé par le président : des "tests rapides obligatoires" du Covid-19 seront déployés "pour toutes les arrivées" dans "les ports, les aéroports", et "pour les déplacements internationaux", a affirmé mercredi Emmanuel Macron.

Le télétravail de nouveau généralisé
Le travail "pourra continuer" pendant le confinement, "vous pourrez sortir pour travailler", a assuré Emmanuel Macron. Mais "partout où c'est possible, le télétravail sera à nouveau généralisé", a-t-il poursuivi, expliquant que par rapport au premier épisode de confinement au printemps, "l'activité continuera avec plus d'intensité".

Les détails du nouveau confinement connus jeudi
Le président Macron a précisé que les détails du nouveau confinement vont être explicités demain jeudi lors d'une conférence de presse. On attend notamment de savoir quels sont les commerces jugés essentiels qui pourrront échapper à la fermeture.

Ne pas "céder au poison de la division"
"Je sais la lassitude et l'impression d'un jour sans fin, reconnaît Emmanuel Macron. Nous ne devons pas céder au poison de la division. J'ai confiance en nous, en vous, en notre capacité à surmonter cette épreuve. Nous devons tenir."

Nouvelle évaluation de la situation dans 15 jours
Le président évoque la situation des commerces en particulier dans les centres-villes. Il explique que la situation sanitaire sera réévaluée dans 15 jours et que si la situation le permet, certains commerces pourront rouvrir.

Le confinement durera au moins jusqu'au 1er décembre
Le président précise le calendrier : un confinement au moins jusqu'au 1er décembre. Un vote au Parlement va être mené ce jeudi.

Emmanuel Macron compte sur le "civisme" des Français
"Rester au maximum chez vous, respectez les règles. La réussite dépend du civisme de chacune et chacun d'entre vous."

Les visites en Ehpad vont pouvoir se poursuivre
Autre différence majeure par rapport au printemps : les visites en Ehpad vont pouvoir se poursuivre, dans le respect strict de protocole sanitaire. Le président Macron explique aussi qu'il souhaite que les enterrements puissent se dérouler dans des conditions quasi-normales.

Collèges et lycées ouverts, universités à distance
Le président Macron a tranché : les collèges et lycées de France vont pouvoir rester ouverts. C'est une différence majeure par rapport au premier confinement du printemps. Mais les universités devront basculer intégralement à distance.

Macron s'exprime sur l'économie
"L'économie ne doit ni s'arrêter ni s'effondrer. Je vous invite à participer à cet effort."

C'est le retour de l'attestation
On le redoutait, Emmanuel Macron l'a confirmé. La fameuse attestation de déplacement dérogatoire va être rétablie et nous ne pourrons donc pas quitter une zone très réduite autour de nous.

Les écoles restes ouvertes, bars et restos fermés
Le président Macron annonce que les écoles vont rester ouvertes, mais que les commerces non-essentiels devront fermer. Il a confirmé très clairement que les bars et restaurants vont devoir à nouveau fermer leurs portes.

Confinement national dès vendredi
"J'ai décidé qu'il fallait retrouver à partir de vendredi le confinement qui a stoppé le virus. Tout le territoire national concerné. "

7 000 infirmiers formés pour la réanimation
Emmanuel Macron : "Nous avons poussé nos capacité qui sont passées de 5 000 lits avant la première vague à 6000 actuellement, que nous allons porter à 10 000 lits. Il y a eu un effort de formation et d'investissement, mais ce n'est pas suffisant face à cette vague."

Le président écarte un confinement des seules "personnes à risque"
Emmanuel Macron met de côté l'option d'un confinement uniquement des personnes à risque (personnes âgées et personnes vulnérables) qu'il juge "inefficace".

"400 000 morts supplémentaires sans mesures"
Le président Macron rappelle que sans aucune mesure supplémentaire, 400 000 morts seraient à déplorer ces prochains mois en France. "Jamais la France n'adoptera cette stratégie, jamais nous ne laisserons mourir nos compatriotes."

Contracter le virus "jamais anodin"
"Contracter ce virus n'est jamais anodin, même quand on a 20 ans", ajoute le président Macron. Il explique les priorités du gouvernement : "protéger les personnes âgées et fragiles", "protéger les personnes précaires" et vulnérables, protéger les soignants et protéger l'économie.

Services de réanimations saturés à la mi-novembre
Emmanuel Macron déclare : "Près de 9000 patients seront en réanimation à la mi-novembre, soit la saturation des services. Si nous ne donnons pas aujourd'hui un coup de frein brutal aux contaminations, nos hôpitaux seront très vite saturés."

L'Europe "surprise par l'évolution du virus"
"Comme tous nos voisins, nous sommes submergés par l'accélération soudaine de l'épidémie. Il faut avoir beaucoup d'humilité, nous sommes tous en Europe surpris par l'évolution du virus."

"Notre stratégie était la bonne"
"Avons-nous tout bien fait ? Non, on peut toujours s'améliorer. Nous avons fait tout notre possible. Notre stratégie était la bonne."

La barre des 3000 patients en réanimation dépassée
C'est un niveau inédit depuis le mois de mai : plus de 3000 patients sont hospitalisés en réanimation ce mercredi 28 octobre, jour d'annonce d'un probable reconfinement national par Emmanuel Macron. On compte 372 nouvelles admissions en réa depuis la veille, selon Santé Publique France.

Plan blanc activé dans les hôpitaux de Bretagne
Submergée par l'arrivée de patients Covid en état grave, l'Agence régionale de Santé (ARS) annonce avoir demandé à l'ensemble des directeur d'hôpitaux et de cliniques bretons d'activer le "plan blanc". Certaines activités médico-chirurgicales vont être suspendues de façon à renforcer les équipes soignantes au chevet des patients Covid+.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article