La deuxième vague de Covid-19 menace la reprise des métaux industriels Le cuivre, le fer, l'aluminium, le zinc ont repris de la hauteur. Les métaux industriels profitent du redémarrage de l'économie chinoise. Mais la seconde vague de Covid-19 risque de mettre un terme à cette embellie.

Publié le par angeline351

La deuxième vague de Covid-19 menace la reprise des métaux industriels
Le cuivre, le fer, l'aluminium, le zinc ont repris de la hauteur. Les métaux industriels profitent du redémarrage de l'économie chinoise. Mais la seconde vague de Covid-19 risque de mettre un terme à cette embellie.

 

Alors que la seconde vague de Covid-19 prend de l'ampleur et que les mesures de restriction sont de plus en plus strictes, les métaux industriels reculent, de concert avec les Bourses mondiales. Le cuivre, considéré comme un baromètre de l'économie mondiale, s'échange désormais contre moins de 6.800 dollars la tonne alors qu'il avait franchi la barre des 7.000 dollars la semaine dernière.

Optimisme excessif
Parmi les autres métaux, le nickel est repassé sous les 16.000 dollars, le zinc retombe autour des 2.500 dollars, tandis que l'aluminium glisse vers les 1.800 dollars la tonne. Et le minerai de fer sur le marché à terme de Singapour se paye environ 110 dollars la tonne, contre 115 auparavant.

L'indice du London Metal Exchange - le LMEX synthétise l'évolution des six métaux non ferreux de base - était remonté à plus de 3.100 points, son plus haut niveau depuis 2018. Mais l'optimisme des investisseurs a peut-être été excessif. Ils n'avaient d'yeux que pour la reprise en Chine, où les usines tournent à plein régime et où la construction redémarre, ce qui alimente la demande en métaux, à commencer par celle de cuivre.

La consommation et les importations de métal rouge dans l'ex-empire du Milieu sont telles que l'International Copper Study Group a dû revoir ses prévisions du tout au tout. Alors que l'organisme prévoyait un surplus de 281.000 tonnes, il anticipe désormais un déficit de 52.000 tonnes et il faudra attendre au moins 2021 pour que l'offre dépasse la demande.

Production historique d'acier
Pour le minerai de fer, là encore, c'est la Chine qui tire les cours. La production d'acier y a atteint son plus haut niveau historique au mois de septembre, selon les statistiques des autorités : 3,09 millions de tonnes par jour, du jamais vu !

La demande en aluminium est également soutenue par l'activité industrielle chinoise et la reprise du marché automobile. Du coup, la production du métal s'approche de records, dopée par des prix élevés : les producteurs dégagent actuellement une marge confortable de 275 dollars par tonne, notent les analystes de Commerzbank.

Le zinc, chouchou des investisseurs
Quant au zinc, les investisseurs parient massivement sur une hausse des cours, en raison d'un marché tendu en Chine, expliquent les experts de Citi qui rapportent les discussions entretenues avec leurs clients lors de la LME Week.

Cette tendance est-elle durable ? Les investisseurs veulent y croire, du moins à moyen terme. Ils regardent de près les discussions cette semaine au sein du parti communiste chinois pour fixer les objectifs économiques pour 2021-2025 .

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article